oiseaux muses

Publié le 16 Juin 2022

Petit chant glauque et insistant

Comme un papier collé au fond de la glotte

Chant excitant l’appétit félin chant qui vient

Par la grâce et par la vie

Appuyer le désir de conquête

Soutenir le désir de reproduire sans cesse

Sans cesse

La nature n’attend pas

L’appel qui se veut irrésistible

Qui se fixe dans l’air qui ne se fige pas

C’est le composé de la rose

La concentration du temps

Le nid a pris une tournure ubuesque

Et les œufs

Si j’en crois ma découverte matinale au sol

N’ont pas résisté à la tentation

Il faut tout recommencer

Cent fois remettre la reproduction en selle

Et sur la selle et dans le rayon du soleil renaissant

Partir à la conquête des feux de l’amour.

 

Carole Radureau (15/06/2022)

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Oiseaux muses

Repost1

Publié le 12 Juin 2022

 

.....habiter le monde en poésie.....

 

1  Cours-vite mais je te vois

2  je te vois en train de courir

3  entre les roses

4  tu caches quelque chose en ton bec

5  tu caches et veux te cacher

6  pourtant, toute la journée

7  l’on entend ton chant

8  tu aimes les roses, les amélanches, les nids dans les rosiers

9  tu aimes tout sur ce territoire-là : c’est le tien

10 s’il y a des roses ici, c’est grâce au merle.

 

Carole Radureau (12/06/2022)

 

Merle aux roses
Merle aux roses

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Oiseaux muses, #habiter le monde en poésie

Repost1

Publié le 8 Juin 2022

.....habiter le monde en poésie....

 

 

1  prendre son envol de l’amélanchier

2  avec pour marraines les fées Marjolaine, Pimprenelle et Mentha

3  attendre patiemment que les petites ailes soient rôdées

4  elle n’est pas éprouvée ma technique

5  et le sillon de l’air me fend en deux

6  trouver refuge dans l’arbuste accueillant

7  ni trop haut ni trop bas

8  dans sa petite canopée quelques fruits délicieux

9  mes parents mes les ont montrés en chantant

10  prendre son envol : oh ! que c’est compliqué. Mais j’y arriverais

 

Carole Radureau (08/06/2022)

 

Jeune merle sorti peu du nid

L’envol de l’amélanchier
L’envol de l’amélanchier
L’envol de l’amélanchier

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Oiseaux muses, #habiter le monde en poésie

Repost1

Publié le 6 Juin 2022

.....habiter le monde en poésie.....

 

1  je ne sais pas tricher

2  sur le mont des pins je domine et l’air est à moi

3  l’air ? Je veux le couper de mon chant   moyen-âge et croisades

4  c’est très liquoreux et colle légèrement à la glotte la résine de pin

5  je suis celle qui avale l’air bleu à pleins poumons

6  pour en sortir une vocalise

7  une frise  un mouchoir en jours d’Angle   un huipil brodé

8  je peux tout me permettre du haut de ma canopée

9  la canopée ? Elle ne m’a pas été ravie par ces affreux nids de processions

10  moi si je vais à la messe, gare !  : C’est la révolution !

 

Carole Radureau (05/06/2022)

 

Inspirée par cette photo de mon fils Gianni d’un oiseau que l’on n’a mal identifié et pris au final pour une dame rougequeue

Un chant comme sorti d’un paquet de bonbons à la sève de pin

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Oiseaux muses, #habiter le monde en poésie

Repost1

Publié le 3 Juin 2022

 

........habiter le monde en poésie.....

 

 

 

  1. Tu m’as dit : viens ! alors je suis venu
  2. Tu vois : on s’est bien entendus
  3. De ta pierre froide j’en fais de la douceur
  4. De ton ardeur je rêve en nid
  5. La science n’a jamais tout compris, non
  6. Ici la poésie c’est un cocon de paille et de pierre
  7. D’où naîtront des privilégiés
  8. Oisillons d’histoire de papier et d’ivoire pressée
  9. Tu m’as dit : viens et me voici rendu
  10. Je suis celui que l’on dit : opportuniste ? (sans raison aucune).

 

Carole Radureau (03/06/2022)

IMAGE qui m'inspira ces mots-ci 

Gobemouche gris que l'on peut voir en photo en Ardèche, prise par Serge ci-dessous : 

Des nids comme il en pleuvrait, dans la pierre ou la gouttière, des nids, tout simplement

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Oiseaux muses, #habiter le monde en poésie

Repost1

Publié le 25 Mai 2022

Une nouvelle qui n’est pas dans les journaux

Une UNE très belle

Qui pépie et qui vole

Ça y est : souriez ! rebelles !

La livraison est là

Les petites Carbonero sont belles

On en témoigne ici.

 

Ça grandit vite

Sur le mode TGV

Les parents ont du pain sur la planche

Il en faut des insectes

Pour toutes les becquées

Ça volète ça furète ça court en volant partout

Le papa avec sa couvée sur les pattes

Comme une traîne d’étoile filante

La maman qui fait des cabrioles

Pour dévaliser les réserves de l’araignée.

 

Une calotte toute noire toute ronde

Qui englobe les yeux tout noirs, tout ronds

Un bon gabarit déjà

Poussins bien nourris

L’on réalise de quoi on les prive

Quand le jardin ne compte plus d’insectes

Car le produit qui tue tout fonctionne très bien

Ça tue tout y compris la vie

Et l’on réalise comme cette vie est précieuse

Serait-ce parce que l’on est plus attachés aux nourrissons ?

On ne voudrait pas que leur jolie petite vie

S’achève

En tourbillon

Tout comme on le souhaite pour nos propres petites

C’est ainsi que l’on s’éveille à la conscience

De l’impermanence des choses

C’est ainsi que ceux qui nous gouvernent

Jamais

Ne connaissent un tel éveil

Je les plains, tiens, dans ma grande compassion

Car pour mettre du cœur dans les choses que l’on fait

Car pour mettre du cœur dans les choses que l’on produit

Car pour mettre du cœur dans les politiques que l’on a la prétention de mener

Encore faut-il en être pourvu.

 

La petite livraison de Carbonero compte environ

4 rejetons

Tenez-vous bien insectes de tout poils, cachez-vous

Chenilles processionnaires

Ici c’est une bande de révolutionnaires

Qui n’ont jamais froid aux yeux

De plus elles ont un gosier à toute épreuve pour avaler ces bêtes urticantes.

 

C’est de la vraie graine de héros, Carbonero

Carbonero c’est la plus forte

Carbonero c’est toujours la première

Une leader en quelque sorte

Heureusement qu’on l’a.

 

Carole Radureau (25/05/2022)

 

Inspirée par cette photo de mon fils Gianni

Nouvelle livraison

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Oiseaux muses

Repost0

Publié le 5 Mai 2022

.......fragments de Vivarais....

 

Et voici un petit oiseau gris

Je ne sais comment il s’appelle

C’est un inconnu

Il débarque ainsi dans ma vie

Sans frapper

Oiseau chanteur

Je le trouve charmant

Il me plaît je l’adopterais bien

Sur mon fond d’écran.

 

L’écran au fond c’est un fond sans fin

Un réceptacle à voyager

Comme un ballon dirigeable qui mène d’où vient le vent

Selon l’oiseau qu’on lui a choisi.

 

Qui est-tu petit inconnu gris ?

Je cherche dans le champ des possibles

Je ne te trouve pas

Tu es certainement un oiseau rare

L’oiseau rare à Magnanville, ça c’est sûr.

 

C’est difficile de trouver son chemin dans la nomenclature des oiseaux

C’est difficile d’y retrouver son nid

Même s’il n’y a pas profusion chez nous

Comme dans une forêt tropicale

L’enquête est toujours ardue.

 

Il y faut parfois le son

Et Serge qui m’a présenté (offert) ce petit compagnon gris

Qui me sourit bien tendrement

Avec son petit œil gentil

Avec son petit bec doucement arrondi

Avec sa physionomie d’oiseau vraiment sympa

Serge m’a glissé dans l’oreille qu’il était un gobemouche (gris)

Ce n’est certainement pas rare

Chez nous il n’y en a pas

C’est donc un oiseau rare

J’avais raison

Mais elle ne sera pas rare la tendresse que je lui porterais

Mais ils ne seront pas rares

Les doux mots et les secrets

Que je lui glisserais à l’oreille de mon fond d’écran

Car pour me fondre dans sa petite vie je me fondrais

J’ai la grande capacité.

 

Carole Radureau (05/05/2022)

 

Inspirée par cette photo de Serge

 

L’oiseau inconnu

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Oiseaux muses, #Fragments de Vivarais

Repost1

Publié le 24 Avril 2022

......écoutez son sang qui bât

Entendre le glouglou de ses boyaux....

 

......boire à sa sève

La connaissance.....

 

Réconcilier la fibre et le sens....

 

.......apprendre en toute conscience

La simple histoire de la vie

Inscrite dans chaque cercle concentrique.

 

Etre absorbé.

 

.....sans cesse

Se sentir choyé.

 

Sans cesse

Se sentir protégé......

 

Au cœur de l’arbre où l’on est bien.

 

Pourtant

Un jour il faut le quitter

Son lit sa loge son nid

Sa cabane au Canada

Qui tient debout sans poutres ni sans fondations

Avec un toit de canopée

Où les rayons du soleil

Viennent se briser et repartent

Déconcertés par tant d’audace.

 

...ah ma petite loge dans mon arbre-mère

Mon arbre-père et grand-père et grand-mère

Une grande famille, bref.....

 

Tu m’as donné la plus belle des forces

En toi j’ai appris à grandir

J’ai appris à voler

J’ai appris à me concentrer sur ma prochaine mission :

La vie sans toi.

 

Carole Radureau (24/04/2022)

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Oiseaux muses

Repost0

Publié le 20 Mars 2022

Madame Corneille et madame Tourterelle

 

Madame Corneille est très énervée

Elle crie fort on l’entend de loin

Elle fait le remake de la Guerre des étoiles dans le ciel

Là-bas, sur son territoire

On lui a piqué son aire

 

Non, pas son air

Ça elle en a encore plein les poumons

Mais son aire là où elle veut,

Déposer, c’est pressé,

Ses œufs

Là, où elle veut les couver :

L’endroit est stratégique

Le problème c’est que tout le monde semble vouloir le même !

 

Les hauts arbres se font rares

Madame Corneille ne désire pas

Couver dans une haie de troènes

C’est son coin à elle ou du moins le croit-elle

Madame la Pie n’est pas au courant.

 

Madame Tourterelle, elle, la spécialiste du nid

En un tour de main

La spécialiste du record de couvées, 6 pour le moins dans la saison

A choisi cette année

Un arbre

Près de la maison

Elle aime avoir l’humain à l’œil

Comme une bague à son doigt

Il fallait la voir,

Elle est bien cachée

L’expérience de l’année passée a payé

Madame Corneille sera bluffée !

 

Juste à côté de moi couve madame Tourterelle

De toute sa bravoure de tout son courage

Par pluie, par soleil, par monts et par vents

Madame couve

Espérons !

Croisons les doigts de pieds !

Espérons que madame Corneille trouvera son compte

Là-bas de l’autre côté.

 

C’est ainsi qu’est faite dame nature

Où il y a des forts

Où il y a des faibles

Où il y en a qui ont la vie longue

Et d’autres qui ont la vie plus que courte

C’est un équilibre et nous, humains, nous croyons le droit de juger

De condamner et de confondre

De modifier et de désapprendre

Nous croyons avons le dessus sur le cycle de la vie

Même certains se croient au-dessus de tout

La politique, la science et d’autres matières

Qui nient au pouvoir de la vie ce pouvoir

Cette énigme

Cette évolution qui ne souffre aucun souffle, qui se moque

Des élucubrations, des essoufflements, des péroraisons

Ça suit son cours, ça vit, ça criaille, ça roucoule

Ça fait le chant du petit cheval bleu (mésange bleue)

Ça dit pilipilipili

C’est très joli

Parfois ça casse les oreilles même quand on n’en a qu’une

Mais ça vit, c’est la vie

Ça fait du bien d’écouter la vie qui suit son cours

Se met en place tout tranquillement

Avec ses combats, ses constructions, ses vœux.

 

Qu’il est beau le but de tout ceci :

Les petits !

Les petits, y’à que ça de vrai pour madame Corneille

Comme pour madame Tourterelle

Elles font de leur mieux

C’est toujours bien : une réussite.

Elles sont toujours là, leur espèce ne périclite pas.

Elles font de leur mieux.......

 

Carole Radureau (20/03/2022)

 

 

c'est en contre-jour mais sinon on ne la voit pas !!

c'est en contre-jour mais sinon on ne la voit pas !!

Madame Corneille et madame Tourterelle

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème, #Oiseaux muses

Repost1

Publié le 10 Février 2022

Le haut-de-chausses à palettes

On ne voit pas le temps passer

Battant des ailes

Soixante fois par secondes

On ne voit pas l’air du temps filer

Dans l’espace du grand huit

Formé par les ailes

 

Il faut

La protéger la fleur rouge

La plus belle

Celle qui mérite le don de vie

Son nectar n’a pas le goût du sang

Juste la symbolique

Le sang n’est-il pas source de vie ?

 

On ne voit pas le temps passer

Quand on vit son cycle

Le soleil est un compagnon

Son fruit d’or offre la parure d’insectes

La rosée est une boisson accommodante

La forêt un écrin compatissant

Sus aux fleurs rouges

Les premiers arrivés

Danseront la salsa du grand 8

Claquant des palettes

Claquant du bec

Le nectar de la fleur est rouge

Comme l’espoir qui fait naître

Les délicates portées.

 

Carole Radureau (10/02/2022)

 

Haut-de-chausses à palettes

Ocratus underwoodii

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Oiseaux muses

Repost1