agate mousse

Publié le 21 Janvier 2022

Par Pavel Špindler, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=53540497

Par Pavel Špindler, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=53540497

 

J’arracherais à la cordillère

Le cri

Perdu

Dans l’immobilité des cieux

 

J’aimerais qu’il traverse

Mes tympans

Comme le fil traverse les perles

Pour en faire le doux collier

De la vie

 

......je n’ai pas le monopole du son....

 

Peu à peu s’envolent les paroles

Bien au-delà de la cordillère

Je ne puis les rattraper

Qu’à la seule condition

Du condor

Prince des airs   prince des vies  prince de la mort

En sa tenue funèbre

Lui qui a gobé les mots

Comme le martinet gobe avec succès

Le plancton du ciel

 

.......je n’ai pas le monopole des oiseaux....

 

Je crierais à l’écho

Un mot

A moi

Inconnu

Que n’entendront uniquement les veines

Des rivières

Le petit glougloutement du matin frais

Glissant

Tranquillement

Comme un film sans paroles

 

......je n’ai pas le monopole de l’onde.....

 

Ni sa fougue

Ni sa hardiesse

Ni sa possible

Vérité.......

 

 

Carole Radureau (21/01/2022)

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Agate mousse, #Oiseaux muses

Repost1

Publié le 2 Janvier 2022

 

Le divan compliqué

D’un pain qui s’affaisse

Pan

De ce moment présent qui coule

Comme l’onde sur la rivière

Sans jamais se soucier

C’est un travail sur ce qui est

Corrompu sur ce qui est

Fuyant

Comme un crabe qui s’affaire

A rentrer

Dans le sable mouillé

 

Le permanganate a fui

Apeuré

Sous le coup de butoir d’un butor

Trop pressé

D’en finir avec l’année de tous les dangers

L’année de privations qui fut double

Souvenons-nous-en

 

Il convient de noter

Que l’adjuvant est roi

Au pays des sornettes où tout est

Emplettes

Où la santé prend froid

Et pas qu’au bloc

Quand la lame de l’agonie

Se couche tout soudain

Sur ta glotte nue

 

Il faut aller dans le sens

Quel est le sens ?

Ah ! Oui on nous en parle

Mais moi je veux aller là-bas

A contre-courant car dans le ru précieux

J’ai oublié un pli de mon âme

Cacheté dans une feuille de menthe

Roulée comme le nem ardéchois

 

Rigolez jaune rigolez

Ah ! que la vie est facétieuse

Navigant entre doutes et certitudes

Mais il nous faut parler

L’être a besoin de s’exprimer

D’exprimer son mal ou rire de lui

Qu’importe

Quand la frontière a fui

Elle aussi

Laissant libre la voie à tout champ

De mine ou de miasme

Pensée qui ne peut que ressentir

Avec un 6e sens qui lui dit d’espérer

Ou bien de se protéger

Encore

Le temps ne compte pas

Reste chez toi car la tempête est prête

Elle voudrait tout emporter

Si seulement

Si seulement

On laissait le cycle suivre le cours du ru

Il finirait

En nem

Roulé dans cette feuille de menthe

Qui ne demande que ça :

Recevoir le doux murmure du temps présent

L’accompagnant du roucoulement de l’eau

Borborygme

Digérant un trop-plein

Qu’il conviendra bien un jour

De vidanger.

 

Carole Radureau (02/01/2022)

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Agate mousse

Repost1

Publié le 14 Novembre 2020

 

Tu vois dans la nature

Tout ce qu’il y a, c’est à toi

Mais sache t’en servir !!

 

Il ne suffit pas de cueillir, de collecter

Il faut savoir entreprendre, interroger, écouter et

Comprendre

Car ce qu’il y a derrière l’offre

C’est une richesse.

 

Il faut savoir la lire la nature

Il faut savoir l’entendre la sève

Il faut savoir s’en rappeler des vertus

Car leur connaissance

Au-delà des siècles et des transmissions (orales)

Elles coutèrent des vies.

 

Ce n’est pas tombé comme ça dans l’escarcelle

Du savoir

Ce n’est pas un petit aperçu, non

C’est une grande œuvre, l’œuvre de la vie

Mettant à disposition

Sa pharmacie, sa pharmacopée

La grande pharmacie de la terre-mère.

 

Et je suis convaincue

En accord avec moi et moi

Que sur cette terre-mère il existe toutes les réponses aux questions

Que sur cette terre-mère il existe tous les remèdes à tous les maux

Suffit de savoir trouver mais avant toute chose

Suffit de savoir parler et discuter

Entendre, communiquer et comprendre

Se serrer la main, se partager le pouls

Se donner quelques brins de cœur et d’âme

Un respect et puis tout à coup

L’étincelle est là !

C’est une étincelle non nouvelle

C’est une énergie

Elle est arrivée là non par magie :

Par connexion.

 

C’est ainsi que certains êtres savent et d’autres non.

 

C’est ainsi que je le dis et pourtant je n’en sais rien :

Pas obligés de me croire

Pas obligés de me suivre

D’autres sont là ont leurs remèdes.

 

Moi, droguiste, c’était ma vocation.

Connaître les drogues, leurs pouvoirs, parler avec toutes les plantes

Entendre leurs complaintes

Relever leurs conseils

Ensuite fabriquer, effeuiller, concentrer, expérimenter

Dans sa petite fabrique de drogues

Toujours savoir trouver le bon remède

Ce n’est pas soigner, c’est poétiser

En une infusion remettre tout en question

En une fusion connaître l’algèbre de la terre

La petite culotte d’argent des étoiles

Les filaments terreux des astres

La cornemuse des océans.

 

Le millepertuis un jour m’a dit

Prends- de moi ma chair ferme

C’est un miracle qui s’ensuit

Quand ton mental se tait.

 

La bourrache un jour m’a fait comprendre

Sans elle qui pique qui peut surprendre

Pas d’hiver tranquille

La toux peut s’installer.

 

La pimprenelle un matin m’a fait un croche-pied

C’était à l’orée du bois

Elle voulait venir chez moi

Dans ma pharmacopée, souvenir d’autrefois.

 

Le tilleul m’a fait les yeux doux

Il voulait grandir voulait recouvrir

De tous ses atouts

Nos vies.

 

L’hysope, l’arquebuse et la sauge

Ont hissé haut leurs drapeaux aromatiques

C’est pour que dansent les abeilles

Que le sirop soit doux en novembre.

 

La fougère est ma préférée pourtant

Je n’oserais pas l’entreprendre

C’est qu’elle a le cœur tendre, ma mie

La félicité à bout de bras.

 

Je ne pouvais plus attendre

Mes tempes battent la chamade des simples

Je ne sais pas soigner mais convaincre peut-être

De leurs vertus.

 

Mes amies sont sincères

J’en suis convaincue

Jamais elles ne tirent dans le dos

Ni ne jurent malgré elles, à tout propos

D’être et d’avoir le bon remède.

 

Carole Radureau (14/11/2020)

(Photo de Serge)

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Terre-mère, #Agate mousse

Repost0

Publié le 7 Novembre 2020

 

Ce n’est qu’un regard

Au hasard d’une photo

Surgie tout-à-coup

Ce regard qui te dit tout et qui

Ne dit rien

Cette impression de nouveauté

Non pas de souvenir, non

De fraîcheur, de gaieté

Pour un peu tu ne l’aurais pas reconnu

C’est lui, pourtant, ton grand-père

Il a quand même un petit air de son fils

Tu sais bien que c’est lui mais

Comment dire ce sentiment

Cette hésitation

Dans ce regard il y a une éternité

Ce n’est pas l’éternité ressurgie de son tiroir

C’est l’éternité du pouvoir

Figé

Sur une photo

Peut-être la seule

Qui est là et qui te dit :

« Regarde-moi bien, regarde »

Je te vois tu me vois

Avec mes deux yeux.

 

J’ai réalisé cela :

C’est la première fois

Que je vois mon grand-père

Avec ses deux yeux !!

 

Et ma mère après moi me dit :

« Moi aussi, je crois bien que c’est la première fois. »

 

Toute une vie près des siens

Les voyant par un seul côté

Comme le temps a dû être long

De ce handicap

Si jeune,

Cette brutale incursion dans la face :

Blessure interminable, éternelle

Que chacun de nous dans son sang

Porte encore en lui et en elle.

 

Si violente fut cette vie

Des racines arrachées, un œil

Une dentition

Blessures

Gratuites

De la vie

Comme autant d’épreuves dont, lui

Surgit,

Grandi et fort

Malgré la petite taille

Et longue fut-elle

Cette vie

Malgré tout :

Exemple !!

 

Mon grand-père qui nous regarde avec

Ses deux yeux bleus

Héritage transmis et encore transmis

Comme un message pérenne :

Ton arrière-arrière petite-fille Kessy

Porte à nouveau ton regard bleu de Bretagne

Le bleu de la mer et le ciel qui ne dit

Pas

Son nom.

 

Carole Radureau (07/11/2020)

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Agate mousse

Repost0

Publié le 6 Septembre 2020

Présence

Je resterais vive
Quoi qu’il en soit
Car la lumière de la conscience
Ne s’éteint pas.

Carole Radureau (06/09/2020)

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Agate mousse

Repost0

Publié le 19 Janvier 2020

La vie derrière un masque ?

Poussant le zapatisme un peu loin

Je suis solidaire des gens masqués

Qui pour faire avancer la justice

La reconnaissance

Ne se montrent que masqués.

 

Le passe-montagne est un ustensile de lutte

Qui ne dévoile que l’essentiel

Qui porte le message des sans visages.

 

Envisager de vivre masqué

Raison ou folie

Quand la vie derrière la fenêtre semble crier : Viens

Que le soleil est là à réchauffer l’ardeur nouvelle du gel

Quand tout semble éclater à nouveau.

 

Un étau se resserre comme un nœud coulant

Rien ne sera épargné

Et la joie de l’être par-dessus cela

Comme une fleur qui brise le béton.


Carole Radureau (19/01/2020)

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Agate mousse

Repost0

Publié le 24 Décembre 2019

Par Preus museum — Flickr: NMFF_002541_3, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=20256855

Par Preus museum — Flickr: NMFF_002541_3, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=20256855

 

Sur la glace à peine ébauchée

En un courant de verglas

Où le lichen peine à s’assurer

Vibre en toi la puissance du temps.

 

Dans un origami de couleurs fuyantes

Le lointain se pare d’une palette en fuite

Où le vert est un lait puissant d’été

Où le rose s’évade par la porte du bonheur

Où l’oranger est un fruit mû par le désir de plaire.

 

Là où tu vis la nuit n’en finit plus

Le ciel est une télévision à ciel ouvert

Le froid est un maître qui ne souffre aucune

Contradiction

La vie s’étend comme un linge

Sur un fil trop tendu

Le renne a soif d’inconnu

Il a coiffé sa parure

Et toi Fleur-de-Lichen tu chantes

Innocemment.

 

Tu chantes l’arrivée du bonhomme tiré

Par tes frères

Avec son lot de présents

La carotte qui attend le renne au pied du sapin

Et les sourires d’enfants.

 

Ah ! Les sourires d’enfants

N’est-il pas plus beau cadeau fait à l’homme

Par le chant de l’aurore boréale :

C’est un cygne qui se lève et sort de son bain

Avec une fleur d’oranger au bec.

 

Sous la tente les Samis ont chaud

Le froid ils l’ont apprivoisé il y a des milliers d’années

Ils surfent sur lui, ils glissent sur lui

Ils en ont fait une force inégalée

Leur créativité en a pris trois grains d’astuce

Et dans le joik résonnent des perles glacées.

 

Quand la voix porte le chant aux oreilles du monde

Mari Boine est la fleur du micro profond

Le petit renne aussi sourit car le chant est pour lui

C’est de lui qu’il parle

Sa promesse de fibres est un roman d’espoir

Où la perle de vie court sur le pelage.

 

Je boirais l’eau glacée dans ton sabot offert

Je tresserais mes cheveux avec ton sang de lichen

Je réciterais mes poèmes à la flamme du feu de camp

L’aurore qui essore les pleurs du monde

Pour moi

N’aura plus de secret.

Je te conterais petit renne la magie des mots

Ce qu’en eux il faut happer comme une règle de vérité

Je te narrerais comment la muse accomplie a bu le thé

De l’harmonie en comptant une à une les étoiles d’opale claire

Je te ferais ressentir en toi le fluide chaud et véritable qui relie

L’être que tu es au grand tout

Je te ferais entrer en transe quand je réciterais la parole du chaman

Qui a unifié le monde en un collier de perles vivantes

Mots qui s’enfilent, paroles qui se gravent, pensées uniques du moment présent.

 

La force est dans la faiblesse de l’aube

Qui a conscience d’en faire une source chaude

Et sûre

L’amour est dans la corolle transparente du perce-neige

Quand la petite fée y a décalqué sa main de cristal

La tendresse est dans cette tasse qui réchauffe tes mains

Avant de réchauffer tes lèvres

Avant de réchauffer ton corps

Avant de réchauffer ton cœur par la bonté de la satiété.

 

Comme il est bon de sentir la chaleur

Quand le froid a dicté sa dictature de l’hiver

Quand il semble impénétrable quand il semble éternel.

 

Le soir de noël les marrons éclatent de joie dans l’âtre

Les chaussettes sont remplies d’étincelles

Le petit renne a fait sa première livraison

Le chocolat est fumant et la carotte tiède

Couchée dans son lit de paille

Comme un petit jésus pour le renne

Le petit travailleur de la nuit dédiée

Au sourire des enfants.

 

Carole Radureau (05/12/2019)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Agate mousse

Repost0

Publié le 11 Décembre 2019

La force est en toi

 

Comme une grande amie

Comme une main toujours tendue

La force est en toi :

Ne l’oublie pas.

 

C’est un cygne calme et blanc

C’est une rose toujours fraîche

C’est une caresse qui attend son heure :

La force qui est en toi.

 

Elle a mille possibilités

Elle est sans cesse renouvelée

Elle est un fruit de torrent

Véritable est la force qui est en toi.

 

Invite-là

Convoque-là

Garde toujours pour elle

Une place à ta table

 

Souris-lui chaque jour

Fais-en une recette d’amour

Hisse chaque jour sa couleur

 

Et dis-lui merci.

 

La force qui est en toi

C’est ton amie pour la vie.

 

Carole Radureau (11/12/2019)

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Agate mousse

Repost0

Publié le 15 Novembre 2019

Le petit monde de la forêt ou les jardins de l’enfance

 

 

En tirant doucement le fil de soie du rêve

S’éveiller à l’imaginaire

A la vie secrète de la forêt

A ce qui ne se dit

Mais se vit

Intensément.

 

Dans les jardins de l’enfance

Ont poussé tant d’histoires

Bercées par le conte

Inspirées par la poésie

Caressées par la magie

De ce qui est inconnu

Inspire et rassure.

 

Le petit monde vit et grouille

Dans son sein dansent les lucioles

Les elfes entament une carmagnole

La forêt est un champ de fleurs et de papillons.

 

Un lait de beauté recouvre la scène

C’est une auréole de protection

Comme une bulle où ce monde-ci

Ne se mêle pas à notre monde

Il faut y avoir un accès :

Cet accès est le rêve

Ou le regard d’enfant.

 

Est-ce bête pensent-ils de croire aux licornes

Violettes

Aux korrigans qui chantent

Aux fées des bois belles comme des papillons

Aux vilains esprits aussi ?

 

Qui juge qui condamne

Ne connaît rien du voile que la poésie

Délicatement

Dépose

Sur un monde rêvé.

 

Mais ce monde du rêve est là sous nos yeux.

 

La culture la société les règles le temps

Sur lui

Ont glissé de vilains cils lourds comme le béton.

 

Comment voir ressentir être émerveillés

Quand ces cils sont si lourds à bouger

Qu’un rideau de plomb

A poussé année après année sur le sourire d’enfant ?

 

Ouvrir à nouveau ses yeux

C’est poser sur le monde une vue débarrassée du conformisme

Voir cet objet et ce qui vibre autour de lui

Pourquoi pas une farandole de lutins facétieux ?

 

Dans la forêt profonde

Dorment

Enfouis sous des matelas de fougères

De petits mondes joyeux et prospères.

 

Dans les jardins de l’enfance

Ils poussent

Continuellement

Car l’enfant est encore connecté au rêve.

 

Un korrigan m’a confié la véritable histoire du fil de l’eau

Un elfe a déposé dans ma main un conte sans lendemain

Une fée dentelle s’est prise pour une hirondelle

Pour me confier le chant du vent

Une licorne veille toujours sur mes rêves d’enfant

Je ne crois pas au père noël mais ses lutins me disent que noël

Survit

C’est pour allumer la joie une fois par an dans les cœurs

Comme un feu de tendresse

Qui pétille

Avec des éclats d’elfes délurés et paillards

Un clin d’œil vivifiant pour égayer le monde.

 

Carole Radureau (15/11/2019)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Agate mousse

Repost0

Publié le 3 Novembre 2019

L’amour sans conditions

 

Crochetant deux pétales

D’amour doré sur tranche

Au pull-over des anges

La nacre a fleuri

Dans le vase éveillé sans fin.

 

Aimer et se contenter d’aimer

Aimer sans se préoccuper de freins

Avec la joie de l’être

Avec acceptation

Aimer sans conditions.

 

Aimer ce qui touche à la vie

Aimer ce qui est et ce qui sera

Arranger le bouquet infini

De roses parfumées à ce nard subtil

Et profond

L’arranger sans cesse et sans renoncer

Car le cœur est un organe

Constant.

 

Aimer sans attendre de retour

Car aimer c’est un don de soi

Semer chaque jour ses graines

Qui germeront dans la joie

Illuminant un ciel souvent trop gris

Pour y laisser passer la fleur de l’être

D’amour.

 

L’amour sans conditions

C’est une garantie d’irriguer le monde

Que chacun en tire profit

Trayant délicatement chaque jour

Le pis tendu

Gonflé de ce lait chaud et doux

D’amour contenu.

 

Se gargariser de cet amour

S’en ragaillardir la glotte

En chanter délicatement les effluves

En écrire tendrement les vers profonds.

 

L’amour est un élastique qui ne demande

Qu’à étirer sans cesse sa puissance.

 

L’amour est un trombone

Qui cherche

Sans cesse

Une page de vie à s’attacher.

 

L’amour est une abeille

Un développement de l’âme

Une petite étincelle

Qui fuse après la pluie.

 

L’amour est inconditionnel

Il  n’a de début ni de fin

Il est un champ de ciel

Où se lèvent sans un bruit

Ses graines en offrande.

 

Carole Radureau (03/11/2019)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Agate mousse

Repost0