la tete dans les etoiles

Publié le 23 Mars 2021

 

 

Passé le gros derrière de madame Ourse

Voici le temps des découvertes :

Des galaxies s’ouvrent à nous :

Complexes, étonnantes, virevoltantes

Tourbillonnantes, questionnantes

Hallucinantes.

 

Etoiles, nos mères

Nous allaitant de cette poussière d’ambre

Ténébreuse

De vos seins altérés

Combien, mais combien d’êtres de vos utérus

Sont nés ?

 

Apprenez-nous la sagesse, nos mères

Donnez-nous votre brillance votre air

Epaté vos grandes migrations.

 

M82 M81 vous voici enfin à nos yeux révélés

Vos petits noms aux oubliettes

Ils vous nomment comme des destinées chiffrées

Elle est loin la magie de l’indigène

Sa poésie toute naturelle pour donner au ciel

Une belle histoire.

 

Les galaxies spirales hébergent des milliers de mères

Perdues éperdues gémissantes et sincères

Elles œuvrent à la vie, elles œuvrent, les petites

Manufacturières.

 

Galaxie du cigare M82

Cinq fois plus lumineuse que la voie lactée

Vois-ceci : Serge a figé ton propos lumineux ta véritable

Apparence et nous sommes bouche-bée face à toi

Ta copine M81 qui tente, mais vraiment tente

De te chiper la première place.

 

Au sein du Superamas de la Vierge

Rivalisent les galaxies

C’est comme si l’on avait un défilé de mères

Toutes prêtes

A enfanter

Leurs seins dégoulinent d’un lait de mystère

Leur âme de météore envoie des métaphores à qui sait les définir (non, pas moi)

Leur matière envoie des signaux lumineux en morse

Que captent les amoureux de l’espace mais gare !

La photo regorge de petits messages telluriques

De poésie subtile à déchiffrer, de messages subliminaux

On ne développe pas une fois l’aperçu, la vue

De la galaxie sans en tirer un fruit précieux, non !

Le message est là avec sa profusion de bébés messages

Il faut décoder, il faut anticiper, il faut conscientiser

Il faut mémoriser, il faut décupler son aura, il faut

Amoureusement se dire que là-haut nos mères

Inconnues se mêlent à nos disparus et aimés bien connus.

 

Carole Radureau (22/03/2021)

 

Inspirée par cette photo de Serge

 

M81 M82

M81 M82

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #La tête dans les étoiles

Repost0

Publié le 22 Septembre 2020

image de Serge

image de Serge

Le soir venu tout simplement

Tout comme on retire ses vêtements

Retirer sa peau de jour

Du jour usé, du jour fini

Avec ses joies et ses peines

Ses riens, ses touts.

Enfiler

Sa peau de nuit

Celle qui a le pouvoir du ciel

 

Avec la peau de nuit la passoire à étoiles

Est active

On regarde alors ce ciel au-dessus de nous

Avec des yeux neufs

Des yeux d’enfants

L’enfant s’émerveille, c’est son pouvoir à lui

L’adulte a oublié cela, forcément

Il oublie chaque soir de retirer

Sa peau de jour

Cette peau qui interfère avec la naïveté

L’émerveillement

La pureté de l’âme

Seules clés pour regarder la canopée du ciel

L’interpréter

 

Avec la peau de nuit la lune entre en toi

Comme un châle d’or et d’opale

Tout frangé de sa poussière d’étoiles

Il y a tant de monde disséminé dans cet univers

En état de poussière

Autant de grains, de messages

A lire au besoin, parfois ils sont pour nous

Il serait dommage de les rater en se couchant

Bêtement

Avec sa peau de jour.

 

Ce soir ma poésie vous fera connaître une nuit nouvelle

Une nuit désencadrée

Une de celles où la magie éveille en soi un sentiment de bonheur

Comme une porte à nouveau

Entrouverte

La porte de l’enfance

La porte trop brutalement fermée

Celle qui a fermé également nos yeux

La petite lumière dans nos yeux

Qui sait lire

Qui sait comprendre

Le pouvoir du moment présent.

 

Carole Radureau (22/09/2020)

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #La tête dans les étoiles

Repost0