Quand la prison s’invite dans la campagne magnanvilloise

Publié le 3 Octobre 2021

 

…….campagne magnanvilloise…..

 

La petite chronique poétique de septembre

Semble à présent, me semble c’est évident

Avoir été le chant du cygne

Comme un clin d’œil au destin cette campagne

Qui ne casse rien

Qui semblait malgré tout précieuse

Comme bol d’air comme lieu d’échappement

Ne sera plus.

 

La prison s’est invitée sur le champ de Pedro

Et ne résonnera plus dans les airs

Le cri de la buse variable.

 

Pour ou contre n’est pas la question

Moi, si on me demande je suis contre

Pas contre cette prison-là

Même si elle grandit sur nos champs

Je suis contre l’enfermement tout simplement

Me disant sans doute bêtement

Plus de prisons : plus de prisonniers

A quand la réinsertion ?

 

Construire des prisons

Fermer des écoles

Ouvrir des EPHAD

La belle vie.

 

Le capitalisme nous ronge et nous fuit

Dans nos retranchements

Ne pas se laisser dicter sa première parole de moi je

Juste comprendre

Juste regarder écouter être attentif

Car dans la révolte des habitants

Il y a un réel marqueur de notre temps

Celui qui inscrit en grandes lettres

Un confort qui serait méritoire

Face à des problèmes de société que l’on ignore

Que l’on ne veut surtout pas voir débarquer chez soit

Cela semble normal et juste

Seulement

Fuir les problèmes

Les déplacer

Ne règle jamais les choses sur le long terme

Il s’agit d’un problème de société

Cette société qui devient de plus en plus dysfonctionnelle

Et dont la violence est une clé de compréhension

Il en est des prisonniers comme des migrants comme des Rroms

Comme des tapineuses

Nous n’avons pas acheté à la campagne pour être emmerdés par ceux-ci

Disent-ils

Il faut rétablir la peine de mort

Comme ça il n’y aura plus de prisonniers disent certains

Pas de ça chez nous disent d’autres

Dans chaque village dans chaque campagne la prison qui s’invite

N’est jamais l’invitée

Que l’on accueille

A bras ouverts.

 

Et il faut entendre les cris et les questionnements

Il faut discourir il faut expliquer il ne s’agit plus de convaincre

Quand ce qui vient d’en haut (du très haut) se présente sur le champ de Pedro

Pedro lui ira voir ailleurs

Si l’herbe est plus tendre

La buse ira survoler un univers où elle sait apercevoir

Courant dans les champs encore existants le lérot ou la musaraigne

Nous humains ne devons-nous pas

Comme eux adapter nos pas aux empreintes précieuses de la vie

Suivre un chemin qui nous mène non pas au béton

Mais au vert

Il n’y en aura plus sur ce territoire le béton à tout pris

Et pris dans le béton

Magnanvillois et prisonniers

Regarderont comme un mirage l’éternité

Dans cette façade au loin datant du XIIe siècle

Avec sa célèbre toiture

Représentant des croix gammées.

 

Carole Radureau (03/10/2021)

 

Quand la prison s’invite dans la campagne magnanvilloise

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Campagne magnanvilloise, #Pas un jour sans poème

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Qu’est-ce que c’est, les svastikas? <br /> Pour beaucoup, les motifs du toit de la <br /> collégiale de Mantes-la-Jolie sont des croix <br /> gammées installées par les Allemands pendant <br /> la deuxième Guerre mondiale. «C’est faux!» <br /> crient les spécialistes. La rénovation actuelle le <br /> souligne: ces dessins sont largement antérieurs. <br /> Ils dateraient du XIIIe siècle, à l’époque de <br /> Thibaud IV. <br /> Le comte de Champagne, roi de Navarre <br /> en 1234, hérite du comté de Mantes par son <br /> épouse, la fille du roi Louis IX. Sur la <br /> collégiale, il ordonne l’inscription d’un nouvel <br /> ornement: les armes de Champagne. <br /> Ces croix, appelées «svastikas», ont été <br /> employées à de nombreuses reprises par des <br /> civilisations parfois très éloignées les unes des <br /> autres. On les retrouve sur des monuments <br /> bourguignons... et jusqu’en Inde! C’est vrai <br /> qu’Hitler prit comme emblème un svastika <br /> noir, symbole «aryen» remontant selon lui aux <br /> Indo-Européens primitifs. <br /> Les branches de la croix gammée nazie <br /> sont orientées vers la droite, alors que celles <br /> des svastikas de la collégiale le sont vers la <br /> gauche. Troublante coïncidence: certaines civi-<br /> lisations considèrent que l’orientation des bran-<br /> ches est bénéfique à gauche et maléfique à <br /> droit
Répondre
A
Ce ne sont pas vraiment des croix gammées mais je suis d'accord avec toi pour dire que cette société prend une très sale tournure...:(<br /> <br /> Je vais essayer de te mettre en copier/coller ce que j'ai trouvé, que tu sais certainement déjà à propos de la toiture.
Répondre
A
Oui, je viens de comprendre avec le poème suivant... :(
C
Tu sais, c'est un clin d'oeil l'histoire du toit de la collégiale, cette histoire de prison, ce n'est pas une métaphore : http://www.mantes-actu.net/prison-a-magnanville-en-2027-la-reaction-du-maire-dvg-michel-lebouc/