Qui n’en veut d’la prison ?

Publié le 4 Octobre 2021

Qui n’en veut d’la prison ?

……Plume de Magnanville……

 

L’édile a dit :

Je ne serais pas de ceux qui disent : Oui mais pas chez nous !!

 

Qui n’en veut d’la prison ?

Les arguments contre s’ajoutent aux arguments contre.

Les refus s’additionnent aux refus.

Avez-vous bien réfléchi avant de dire ?

Avant de faire ?

Tourner

Comme il se doit

Votre langue 7 fois dans votre bouche ?

 

Qui n’en veut d’la prison ?

Les arguments pour pourraient rester encore dans l’ombre

Les arguments pour pourraient être les déterminants car :

Une prison à Magnanville

Ici

Précisément

Où se déroula un des pires crimes terroristes de ces derniers temps ?

Est-ce un pur hasard ?

 

Le complotisme est à la mode

Pour autant si chaque fois qu’une personne s’interroge elle complote le monde

Est empli de complotistes.

 

Chacun a sa façon de voir les choses

Personne à mon avis ne serait ravi

De voir pousser dans son jardin des miradors

Personne à mon avis ne serait ravi

De voir bétonner son chemin de traverse

Sa seule issue vers l’ailleurs

Quand un confinement fait rage

Quand la grande ville où l’on travaille oppresse

Avec un trafic sûrement intense surgissant dans cet espace préservé.

 

Une prison c’est comme une usine

Ça bétonne à tout va

Autour viendront sans doute se dresser des habitations

La campagne toute entière selon mon complotisme est concernée

Je me souviens que lors de la construction du lotissement près du lycée

L’entreprise avait fait pression sur le maire pour obtenir la totalité des champs jusqu’à Soindres

Le maire d’alors s’y était refusé

Le temps a rattrapé

Les magnanvillois de la plus horrible des façons.

 

Une petite ville de campagne qui sent autant le béton

Ce n’est plus une petite ville de campagne

C’est la continuité d’un centre plus important.

 

Que vous soyez d’ici ou d’ailleurs

Prenez conscience que chaque espace agricole bétonné

C’est un espace où ne se cultiveront plus les fruits de demain

 

La nature est un bien commun

L’air, l’eau, la terre, les espèces végétales et animales

Ne nous appartiennent pas

La terre nous les offre, elle nous les propose en usufruit sans pour autant

Les gaspiller

Le devoir d’un être est d’agir dans la pérennité

Il ne peut, sans être inconscient

Détruire la terre nourricière de ses propres descendants

Quand la terre ne pourra plus fournir la sécurité alimentaire

Vous mangerez du béton, terriens

Vous mangerez du béton.

 

Qui n’en veut d’la prison ?

Je pourrais dire aussi

Qui n’en veut d’la méga entrée de ville bétonnée qu’on se croirait à la Courneuve sur les plans ?

 

L’air déjà difficile à respirer chaque week-end estival

Amplifié par le réchauffement climatique

Qui en tient compte dans tous ces projets de bétonisation ?

 

Aucun argument pour la continuité de l’urbanisation n’aura grâce à mes yeux

Je ne parle pas comme d’une de Magnanville

Sinon comme d’une de la planète terre

Connaisseuse des tenants et des aboutissants marqueurs de ce monde

Qui dirigent l’ensemble d’un écosystème branlant, en suspens, ultra menacé.

 

Ce qui se passe à Magnanville se passe partout sur cette terre

Alors que les signaux sont au rouge

Alors que les pandémies s’inscrivent dans la durée

Le mode de vie de nos enfants ne sera jamais

Jamais le mode de vie que nous avons connu

Nous, gens de cette terre sommes des gardiens de l’espace commun

S’aligner sur des velléités gouvernementales

Pour des raisons de profit

C’est s’aligner sur le programme de destruction

De destruction de la vie

De destruction des êtres

Car plus de prisons, c’est plus de prisonniers

Quid de la réinsertion ?

 

Se promener dans cette feue campagne magnanvilloise

Mirant, mirant les miradors

Sachant, ne sachant pas ce qui se passe à l’intérieur

L’univers concentrationnaire

Cette démission de l’état face à la criminalité

Tous les marqueurs sont au rouge

A qui la faute, à qui la faute ?

 

Quid de Pedro la caille qui n’a pas mérité que soit détruit son habitat

Quid des lycéens aux yeux tournés vers l’avenir

Fixés sur cette prison comme objectif possible

Quid des gens qui ont grandi, vécu, vieilli dans cette ville

Qui porta un jour le nom de Magnanville, un état d’esprit

Ceux-ci pourront-ils décemment dire oui

A la prison ?

 

L’édile se doit d’être aux côtés des citoyens

C’est une chose que de dire que l’on agit pour le bien-être des magnanvillois

C’est une chose de le dire et l’écrire si souvent que pour le peu

On le croirait

Maintenant nous voulons des preuves

Des actes, des actions

Maintenant nous voulons un soutien franc et indéfectible

Monsieur l’édile

Votre devoir

C’est d’être près des gens

Contre le projet

Peu importe qu’il soit déjà acté

Peu importe que l’on n’y puisse pas grand-chose

Peu importe que les carottes soient déjà cuites

L’énergie de l’unité c’est la vie

L’union fait la force

Les magnanvillois le valent bien.

 

Carole Radureau (04/10/2021)

 

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Ben non ! S'il y a une pétition, je te la signe plutôt deux fois qu'une !
Répondre
C
Merci beaucoup Alma de ton soutien, personne n'a réagit à la pétition dans mes contacts fb<br /> : https://www.change.org/p/mairie-de-magnanville-contre-la-construction-et-l-ouverture-d-un-centre-p%C3%A9nitentiaire-%C3%A0-magnanville-en-2027?recruiter=1174234743&utm_source=share_petition&utm_medium=twitter&utm_campaign=psf_combo_share_message&recruited_by_id=70c84690-55e4-11eb-8c21-35322bc37c21&share_bandit_exp=message-30883497-fr-FR<br /> <br /> Une délégation de magnanvillois a RV ce soir avec le maire avant le conseil municipal d'urgence. Il y a un rassemblement auquel je ne peux pas aller à cause du MCS, j'aimerais participer mais ça aussi, ça m'est interdit. Alors j'écris, voilà, je n'ai que ça.