A l’assaut de la cime

Publié le 2 Octobre 2021

A l’assaut de la cime

 

A l’assaut de la cime, perle

Accroche-toi

Mes bras n’attendent que toi

Au demeurant des elfes

 

Un tronc sinueux et profond

Comme un cerf aux abois

Rythmé au son de la trompette du ciel

Et des altos dantesques des fées des nuages

 

Ici, perle s’écrivent des autoroutes de vers

Aux semblants puissants et évocateurs

Nulle envie nulle identité nul règne nulle attente

 

Jusque le décimètre de la fougère

Pour décalquer le gypse sur un tronc de lumière

 

Juste la robe de grès en saucière

Accompagnée d’un petit ris de vie aux oignons rocamboles

 

Juste une soupière de perles de rosée

Entourée d’une selva de lichens énamourés

Inspirée par le velouté profond d’un duramen

Endormi.

 

Carole Radureau (02/10/2021)

 

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème, #L'arbre qui fait parler de lui

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
C'est vrai que les arbres nous tendent toujours leurs bras<br /> même si on les voyait d'en haut !
Répondre
C
Les oiseaux ont cette chance de les voir d'en haut et je me rends compte comme cela leur offre d'informations sur les arbres que nous, sur le sol n'avons pas.
A
Superbe et quelle photo ! Prise sur ton petit chemin dans ta campagne ?
Répondre
C
Oh! non, j'ai oublié de le préciser, c'est en Bretagne dans la forêt d'Huelgoat.......je serais trop contente d'en trouver des comme ça ici, avec le tronc envahi par le lichen et parfois même des fougères accrochées aux arbres tellement il y a d'humidité.