Top articles

  • Cygne

    07 décembre 2019 ( #Les oiseaux de Pablo )

    Sur la neige natatoire une longue question noire. Pablo Neruda (Arte de pájaros) traduction carolita Su cuerpo y alas blancas con el cuello y cabeza negros lo hacen inconfundible. Ave propia de America del Sur. En Chile, principalmente en la zona sur...

  • Un chemin à parcourir, non un combat à mener

    20 janvier 2020 ( #Chemin de vie )

    Comme un jour qui se lève Un chemin à parcourir L’âme sur un fil se déplace Guidée par la lumière Et le corps qui ne peut suivre Sourit Car la lumière est ce fil conducteur Qui chauffe les veines du cœur Dit oui car aujourd’hui est un chemin à suivre...

  • Illusions

    18 mars 2020 ( #Chronique du virus )

    Saisir la main du soleil dans sa marche Le dessin exprimé. En tirer des conclusions que seules les ondes Peuvent éclairer. Prendre au mot le mot joli et fort Comme un oiseau sur la branche. Evaporer une à une les pensées obscures Qui oublient de tracer...

  • 24. Curieux

    24 décembre 2020

    ……31 poèmes d’amour à la terre-mère pour en finir avec 2021….. Nous ne sommes jamais assez Curieux Il me semble Et n’entrons pas assez dans les Détails Ainsi, notre mère la terre Dans nos coins Et recoins Ne connaissons pas. L’enfant , lui, a cette curiosité...

  • 17. Mal de mer

    17 avril 2021

    Plage de Merville-Franceville (14) ……eau de mer….. Mon corps Entouré de la mer Est une pièce d’un puzzle De retour à sa place : L’unité la symbiose La communication Et cette immense masse Pour mère Cette mer impétueuse. Je ne savais pas nager Comme un...

  • Rendre à la terre

    21 avril 2021 ( #Offrandes à la terre-mère )

    Rendre à la terre Une portion infime De ce qu’elle nous donne Avec son brin d’originalité Sa petite sensibilité Son sens du merci Un fil de sourire Pour tenir le tout. Carole Radureau (21/04/2021) Les offrandes à la terre-mère

  • Les opposées

    31 mai 2021 ( #Pas un jour sans poème )

    D’où vient le soleil Je dore au point où ma gorge Eclabousse d’un rire d’or D’où vient le chant du merle Je capte la saison D’un grand bond je saute Sur le ring de la volupté Il n’y a pas d’affront ton bleu En rien ne me tient tête Il y a un baiser perdu...

  • La transmission

    04 juin 2021 ( #Pas un jour sans poème )

    C’est difficile de transmettre L’on ne sait pas que l’on sait Si personne ne veut le savoir A quoi sert d’en parler ? C’est difficile de se dire que les mots Parfois Partent au gré du vent Jusque dans les limbes des anges Que rien ne reste, non Souvent...

  • Exclusion volontaire (Témoignage poétique sur l’hypersensibilité chimique multiple)

    07 mai 2021 ( #Poèmes pour les MCS, #Pas un jour sans poème, #Aiguillons en balade )

    Accepter ce qui semble inacceptable A quoi sert de résister ? Ce n’est pas une résistance ouverte, non (plus la force) C’est une résistance passive qui ne dit pas son nom Mais qui persiste qui prend son temps Comment accepter ce qu’une telle maladie implique...

  • Erato la ninoxe de Jacquinot

    07 mars 2020 ( #Oeil de faucon )

    …….l’oiseau qui vole n’a pas de maître…. Elle a regardé la feuille Son regard enjambé par une arche blanche Elle me disait d’écrire et moi je l’entendais Sa lyre était perchée Bien au-delà du temps Sur l’arche îlienne des Salomon Dans son écrin de verdure....

  • Le geai bleu

    23 octobre 2019 ( #Oiseaux muses )

    Le geai bleu est aux yeux Un miroir de l’âme Offert. Il est une récompense de la vue Un mirage sucré par le sang de l’onde Une vérité essentielle. Le geai bleu c’est une poésie Si pure que l’étincelle ne l’atteint pas Que le soleil en pâlit. Il est Et...

  • Il n’y a pas de colonialisme sans racisme – Aimé Césaire

    05 août 2021 ( #Pas un jour sans poème, #Echo de poète )

    …….écho de poète……. Le colonialisme porte en lui la terreur. Il est vrai. Mais il porte aussi en lui, plus néfaste encore peut-être que la chicotte des exploiteurs, le mépris de l'homme, la haine de l'homme, bref le racisme. Que l'on s'y prenne comme...

  • 19. Etonnants étourneaux

    19 décembre 2020 ( #Terre-mère, #Oiseaux muses )

    …….31 poèmes d’amour à la terre-mère pour en finir avec 2020….. Le jour se couche dans un chaudron magique De lumière il reste encore un peu C’est l’heure du show Juste avant la nuit L’heure des étourneaux bien rôdés. Quel est leur but ? Quelle est leur...

  • Mon âme est haute

    26 avril 2019 ( #Fils du vent )

    Mon âme est haute* Quand s’élève au ciel l’aigle Libéré de ses serres Le torrent déclame son ode Au semblant des boucles de l’aurore Le pin dessine une boutonnière Dans le frontispice montagneux de l’Altaï. Ma voix est pure Ma vièle un cheval mongol juste...

  • La poudre des anges

    02 mai 2019 ( #Terre-mère )

    Sur ton cœur Bien ancré Le pinceau destiné A reproduire le monde. En ton cœur Bien dissimulée La petite poudre d’œuf Gourmandise des abeilles. De ton cœur Diffusé Le chant de la vie qui se duplique Sans fin. Par ton cœur Enjoué S’écrivent des ribambelles...

  • Le rire du kookaburra

    07 juillet 2019 ( #Oeil de faucon )

    Martin chasseur géant (dacelo novaeguineae) Par Richard Taylor — originally posted to Flickr as Kookaburra and frog (2), CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9589978 Ris ris ris au soleil Kookaburra Quand le jour se lève Toi tu es...

  • Le ganga manaqua

    17 octobre 2019 ( #Oiseaux muses )

    Où cours-tu ainsi Petit oiseau rond aux plumes rêve de coralline Et cœur de silex ? Le sable a copié ta parure de désert Et ton cercle marron est une ronde Qui brise l’horizon. De petits trésors ponctuent tes ailes Comme des pierres précieuses trouvées...

  • Le faucon de l’Amour

    18 septembre 2019 ( #Oiseaux muses )

    Dans ces quelques-mots D’eau de fleuve de remous Il a choisi le bec-à-bec de la tendresse Quand sur sa carte de visite Son nom brille de tant de promesses Il a choisi le flot tumultueux De la bise au cœur de la toundra L’Amour est un défilé aux mille...

  • L’essentiel (réflexions d'un vieux tilleul)

    08 mai 2019 ( #Perles de lune )

    Ne pas avoir peur Prendre la force de la vie Celle des personnes aimées Leur rendre la nôtre Quand la vie reprend le corps Pour le ramener à son espace premier La luciole comme une étincelle Brille toujours Il faut Dans un soupçon de certitude La saisir...

  • Bêcher

    28 mars 2019 ( #Tout doit être fait )

    Par Camille Pissarro — Inconnu, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=37871197 …..accomplir….. Retourner la terre Comme une crêpe La faire voltiger Lui briser l’échine La fracasser. Qu’elle est dure parfois Surtout l’argileuse...

  • Ton nid

    09 janvier 2019 ( #Collier d'ambre )

    Aime ce que la vie te donne Chéris le fruit de chaque jour Ne crois pas qu’ailleurs le nid est plus doux Car ton nid Construit de ta chaleur De tes jours De ton audace De ton fluide Est le nid le plus doux qui soit. Carole Radureau (09/01/2018) Inspiré...

  • J’ai froid dit la rose – Poème pour le peuple palestinien

    09 décembre 2017 ( #Lance-pierre )

    J’ai froid dit la rose Le feu Allumé par les tisons maudits Comme une pègre Qui jamais ne s’enfuit Glisse sur ma robe de velours Un gel profond Un cri ardent Alors que l’empire Allume ce feu Jetant sur les braises déjà fort ardentes L’étincelle de l’incendie...

  • L'attente

    31 mai 2015 ( #Muse lithophone )

    Pastel sec de Fanfan d’après une photo de Phn L’attente Elle contemple l’horizon qui épouse un ciel nuageux Distrait par un arc-en-ciel accueillant Aux couleurs doucement irisées. Signe de paix ou de conflit entre pluie et soleil ? Peu importe car son...

  • La grande guerre de Roger Colombier - Mobilisation -

    12 janvier 2014 ( #Les chroniques de Roger )

    image bibliothèque gallica MOBILISATION L’angélus sonne l’hallali. Monsieur le Maire qui n’a point fait la dernière Harangue ces recrues partant vers leur première: Dieu, la guerre sera jolie! Des breloques multicolores Enguirlandent chaque revers et...

  • Banlieue ouvrière de Roger Colombier

    21 septembre 2013 ( #Les chroniques de Roger )

    Quatre heures du matin et la rue dort tranquille ; L’aube ne soulève pas les plis de la nuit, Chacun est dans son lit comme dans un asile : Sous cette sérénité, le songe clair luit. A deux pas, dans l’emportement d’un autre monde, L’enceinte franchie,...