pas un jour sans poeme

Publié le 10 Mars 2022

.....fragments de Vivarais.....

 

Moi, lumière

Je peux tout m’octroyer

Le prix du pain, le sang du blé

La fatigue chronique de la farine

Je suis celle qui arase les collines

Fait chuter le vent

 

Moi, lumière,

Je suis juchée sur un cheval

A la selle d’argent auquel ne manquent

Ni les grelots d’obsidienne

Ni les pierres de lune :

Je brille !

Ecoutez-moi

Regardez-le, le tenant de mon propos

Faites-en un collier de minéralité

Perché au cou de votre baldaquin

 

Moi, lumière,

Je suis la puissance dévoreuse

Je brise d’un coup de dent

Le tronc

Pour laisser place à ma velléité

Vous ne voulez pas vous pousser :

Trop tard

J’ai pincé votre nez d’une mascarade

Puisée dans l’opacité de l’offrande

Quand la fleur a brisé sa promesse

Moi, lumière

J’ai repris son pollen

J’ai tressé le merveilleux moment présent.

 

Carole Radureau (10/03/2022)

 

Inspirée par cette photo de Serge

Philosophie de la lumière

Voir les commentaires

Repost1

Publié le 9 Mars 2022

 

......fragments de Vivarais.....

 

En habit de cosmos

Vénérable tutu

Tulle de couleur rose

Avec un fond d’espace

Se tient celle qui tournicote

Celle qui étincelle

Envoyant des étoiles

Valdinguer par milliers

 

Elle veut aller à la pêche

Il me semble

Avec son moulinet

Mais elle ne brasse que de la poussière

Des milliards d’âmes en sursis

Il y a quelques étourdies

Qui lui parlent, au loin

Profitant de la fraîcheur

qui règne autour d’elle

La petite ouvrière est à l’œuvre

Elle veut de son poste

Remonter la plus grosse prise :

Un requin-marteau, une baleine

Ou bien une boîte de petits anchois

A l’huile comme autrefois

Elle a omis le marché du Vieux-Port

Pourtant, tout y est frais

Hélas !

La soupe de poisson aujourd’hui

Est connotée

Y entrent des ingrédients en habit de métaphore

Il ne fait pas bon en période d’élections

D’y risquer son museau

 

La petite ouvrière a glissé sa vertu

Dans le brin de paille d’une comète

Passante passagère doucement assermentée

Comme pour une chasse-gardée

Elle ne s’est pas fait duper

Elle a du métier des milliards d’années d’entraînement

On ne mouline pas ainsi l’air du temps

Avec sa canne à pêche en diamant

Pour se laisser berner par une bernache cancanière

Elle, se qu’elle préfère c’est remonter de cette terre

Un vieux godillot

Derechef elle imagine une histoire de pieds

De marches, de révolutions , de passions et d’espérance

Avant de le rejeter par-dessus la Grande Ourse

Histoire d’accrocher dans le ciel

Une nouvelle étincelle

Les hommes qui savent retrouver leur chemin dans l’espace

Les hommes qui savent retrouver leur petit dans la nasse sans fin

De l’espace

Ne s’y trompent pas :

Tiens, disent-ils une nuit

Il y a maintenant la galaxie du godillot !

Comment est-ce possible ?

 

C’est notre petite ouvrière

Notre petite pêcheuse bien équipée

Elle mouline, moulinez, moulinons

Jusqu’à ce que l’âme entière

Remonte dans ses filets

Avec un brin de vie avec un brin d’audace :

Allumer dans le ciel

Un cœur éphémère

Qui ne brillerais qu’une fois

Juste pour les initiés.

 

Carole Radureau (09/03/2022)

 

Inspirée par cette sublimissine photo de Serge que je remercie encore pour la grande patience et les circonstances que demande la prise de telles photos.

 

M 101, galaxie du Moulinet

M 101, galaxie du Moulinet

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Fragments de Vivarais, #Pas un jour sans poème

Repost0

Publié le 8 Mars 2022

......fragments de Vivarais....

 

Je veux nicher dans ton rêve

Là où il fait chaud

Car le duvet de ton ère

Est fait de plumes

De cœur.

 

Je veux nicher dans ton espoir

Là où l’on peut penser

Penser penser encore

Et haut et fort

Ensuite

Pouvoir crier.

 

Je veux nicher dans ton devenir

Pépier avec ceux qui pépient

Quémander

Ma pitance

Avoir confiance en l’avenir

Quand la pitance est sur la table.

 

Je veux nicher dans ton inconscient

Certes tu ne sais pas en avoir un

Et moi non plus qu’en sais-je

Après tout

Doit-on croire tout ce que l’on nous dit ?

 

Je veux nicher dans ta mémoire

Dans le dessin minutieux des os

Dans le déroulé de la pelote

Y lire comme dans un marc profond.

 

Je veux nicher dans ton rêve

Oublier ton cauchemar

Et unis

Serrés

Autour de la flamme

Se réchauffer

Mutuellement.

 

Je veux nicher dans ton autre vie

Demain, je serais

Toi

Mais,

Surtout,

N’échangeons pas :

Mon mode de vie est inconséquent.

 

Carole Radureau (08/03/2022)

 

Inspirée par cette photo de Serge

Nicher dans ton rêve

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Fragments de Vivarais, #Pas un jour sans poème

Repost1

Publié le 7 Mars 2022

M51 galaxie du tourbillon

M51 galaxie du tourbillon

......fragments de Vivarais.....

Assis

Face à la carte du ciel

Un menu inchangé depuis les siècles profonds

La langue du temps

Applique sur le timbre de l’espace

Sa salive étourdie

Pour que ne cesse

Le tourbillon :

Le tourbillon de l’humilité

 

Mais vous ne croirez pas

Que je prête aux éléments de l’espace

Des sentiments

Mais vous ne croirez pas

Que j’use de métaphores

C’est un miroir que le ciel, le ciel

De nos vies

Et s’il y a tant de dessins

Si jolis, si brillants, si pointilleux

C’est bien pour apprendre à y lire

Des leçons

 

Et nous ne nous en privons pas.

 

Le tourbillon nous a dit

Répété mille et mille fois qu’en toutes choses

Il faut rester humbles

Elle n’a pas bon dos la carcasse de l’homme

Son sang n’est pas de pierre

Ni son cœur de métal

Pourquoi se prendrait-il

Pour un géant ?

 

La mort arase le tout.

 

La mort cette grande conseillère

Est forte de ciel

C’est dans le ciel qu’elle puise son propos

Son grand propos égalisateur.

 

Regardez la fleur

Regardez l’agneau

Regardez le petit l’enfant

Regardez l’oiseau

Regardez le ruisseau (la fameuse Sialinette)

Regardez la montagne

Regardez le vent

Regardez la lune, les étoiles

Ne regardez pas trop en face, le soleil

Ecoutez la terre

 

Je tourne et je tourne

Je virevolte comme la marmotte des ondes

Je vivote comme la petite eau matinale du ruisseau

Je sirote le fruit de l’espace temporel

 

Moi, tourbillon qui sifflote chaque nuit

Au-dessus de vos têtes

Que Serge, ici, vous a révélé

Je suis un grand-père à la noble casquette

Qui tourne en réfléchissant

Qui réfléchit et médite.

 

J’ai envoyé tant de fois des messages :

Les messagers se sont tous fourvoyés

Les adresses étaient fausses

Les messages transformés en fake news

Rien de ma pensée fraîche sur terre

Est arrivée.

Ici j’ai confiance

Mon messager est un fier ardéchois

Au cœur fidèle

Vous me voyez dans mes œuvres

C’est lui qui le permet

De moi, de lui, tirez les bons enseignements

Qu’elle serve à mouliner les pensées délétères du monde

Ma spirale !!

 

Carole Radureau (07/03/2022)

 

Inspirée par cette tourbillonnante photo de Serge

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Le dessin du ciel, #Pas un jour sans poème, #Fragments de Vivarais

Repost1

Publié le 6 Mars 2022

Porte de la lumièrePorte de la lumière
Porte de la lumièrePorte de la lumière

Rien ne pourra m’emporter

Car je n’ai pas de gonds

Je suis

Contre l’immobilisme

Fille

Du mouvement

Enchante mes rêves le vers du pinson

Quand se pincent

D’autres lèvres

Ne voulant plus sourire

 

Ni la plus petite faille

Ni la moindre fissure

Ne pourra arrêter la fusée

De mon propos

Ne suis-je pas celle

Qui se propulse si vite

Que rien dans l’univers ne lui fait de l’ombre ?

 

Ne m’enfermez pas

Ne me leurrez pas

Je passerai

Quoi qu’il en soit

Je suis bien plus forte que le roi, que la foi, que la loi

Je suis la lumière

Rien ne peut m’intimider.

 

Carole Radureau (06/03/2022)

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème

Repost1

Publié le 5 Mars 2022

Les mots que ne disent pas les fleurs

 

Les mots qui sont tus et parfois tuent

D’être restés muets

Bien calés dans les glottes

Qui gargouillent qui s’incrustent

Comme autant de non-dits.

 

La rose n’aime pas qu’on lui coupe

L’aiguillon sur sa jambe de pin-up

Ni qu’un oiseau vienne

Tranquillement

Grignoter son cœur amoureux.

 

Ah ! que la faites-vous taire

Elle avait tant de choses à dire

Tant de vers à écrire

Tant de poèmes en suspens !!

 

L’implication des nuages

Dans le lit défait de la lumière

Cette hésitation

Un semblant de mystère

Un fils de ciel chevauchant le cheval sauvage

D’une troupe déguenillée

 

L’oiseau passait par là avec son escadrille

Qu’il vit voler

L’écume

Qu’il vit voler

Les larmes

Comme autant de remords

Comme autant de rancœurs :

Il faut l’accepter l’adversité

Il faut l’accepter la souffrance

Sinon c’est ouvrir son lit

A plus de souffrances

Quand les draps crient à la rose

Des mots inconnus

Le cauchemar du matin

Est un fils du corbeau

Qui jongle avec les rêves

Comme d’autres aussi le font

Tout au milieu des bombes.

 

Carole Radureau (05/03/2022)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème

Repost1

Publié le 4 Mars 2022

......fragments de Vivarais.....

 

Sur le chemin ensoleillé

Je marcherai

Il est par-là, le printemps

Si tu suis le sens du vent

Le découpé des feuillages dans le ciel

 

Par le chemin ensoleillé

J’irai

Quoi qu’il en soit car il faut

Cheminer chaque jour comme l’on

Ajoute une pierre à un cairn

Comme l’on ajoute une pierre à nos âges

 

Sous le chemin ensoleillé

La mère

Chauffe

Chauffe ses vieux os pour nous les rendre

Si neufs

Cet acte d’amour essentiel

Comment ne pas le voir

Comment ne pas le prendre

Pour ce qu’il est vraiment

Pourquoi tout salir tout polluer tout détruire :

Mauvais enfants !

Dit cette mère qui pourtant

Ne punit pas sévèrement

 

Au-dessus du chemin ensoleillé

Dame soleil dont c’est l’œuvre

Observe et ne juge pas

Elle est bien trop érudite

Elle a bien trop de siècles à son compte

Pour ne pas regarder cela sans l’œil de la sagesse

C’est comme un jeu d’enfants

Un jeu de petits soldats de plombs

Ou de plastique parce que c’est moins cher

Qui s’exercent au rapport de force

Sans se soucier de la mère

Sous eux

Sans se soucier de la Dame Soleil

Sur eux

Qui un jour diront :

STOP !

YA BASTA !

Vos conneries ont assez duré

Balayons ce monde-ci

Reconstruisons

Une énième fois

Combien faudra-t-il de siècles

Pour que les garnements comprennent ?

 

Sans le chemin ensoleillé

Nos yeux n’auraient plus d’espoir

Nos âmes se dessécheraient

Nos rires tomberaient dans le couloir du temps

Nos cœurs se feraient tout petits

Nos mains ne serviraient plus à rien

Mais le soleil est là, sur le chemin

On le voit,

On le photographie,

On le sent,

On pourrait même le toucher

Avec sa force

Avec son énergie

Avec sa puissance démultipliée

 

J’ai confiance en la nature

Dans toutes ses composantes

J’ai confiance dans les êtres qui prônent

Le discours de sages

Et pour qui

L’essentiel

C’est la vie.

 

Carole Radureau (04/03/2022)

 

Inspirée par cette photo de Serge

 

Sur le chemin ensoleillé

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Fragments de Vivarais, #Pas un jour sans poème

Repost1

Publié le 2 Mars 2022

 

L’heure est grave, amigo@s

Nous avons troqué la propagande/phobie du virus

Contre la propagande/phobie de la guerre

Et pour régler le problème climatique

Soignons le mal par le mal ; une bonne guerre

Nucléaire.

Le tour est joué !

 

Pourtant, ce matin, dans la petite chambre de bonne

De ma poésie sont nés

Dans un nid de ouate, de papier, de feu l’hiver

3 beaux bébés tout jaunes :

Genêt, Ajonc, Citron :

Fruits confits de la poésie-soleil

Fruits amoureusement couvés et mûris

Par la compassion, l’empathie, la souffrance et le désir

De faire

Par le désir d’être

Par le désir de partager.

 

C’est un nid couleur éclat

Dans lequel gazouillent

De ravissants gargouillis :

Fruits du printemps.

 

Genêt en culotte jaune d’or

Grimpant en rêve

Les pentes raides des sucs

Pour éclairer les cieux

A mille lieues

De son chant de gorge miellé.

 

Ajonc, casaque passion

Avec sa petite armure

Comme pour déclarer : passion ne veut pas dire

Soumission !

Admirez-moi, mais surtout ne passez

Pas

Sur moi.

 

Citron au pépiement acide

Comme un petit fruit-poussin

Jonglant, rimant avec chaque pépin

Pour faire jaillir :

Fusée

La poésie du soleil.

 

Les fruits confits grandissent

Accomplissent

Les vers un à un

Prenant un temps qui est celui qu’il leur faut

Celui qui compte le plus car il ne sait pas compter

Il sait tout simplement conter

Conter de belles histoires

Raconter l’évasion des rayons de dame soleil

Pour qu’ils irriguent jusqu’au plus loin de ce monde

De leur suc, de leur nectar, de leur miel

Les glottes, les mirettes, les cœurs et les âmes

Fournissant un effort planétaire un effort multidisciplinaire

Afin que sourient, croient, espèrent,

Jamais ne désespèrent les êtres

En l’avènement d’un monde nouveau.

 

Carole Radureau (02/03/2022)

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Les fruits de dame soleil, #Pas un jour sans poème

Repost1

Publié le 1 Mars 2022

Fable de la pierre, la mousse et la primevère

Tout droit inspirée de Serge pour le titre et pour l’image

.....fragments de Vivarais......

Il était une pierre
Toute nue sous sa minéralité
Qui songeait malgré elle
Comme l’hiver était long et froid
Non pas tant dans son aspect physique
Aussi dans son aspect de cœur
La pierre était seule, elle
Envoyait des ondes esseulées dans le ciel
Où l’on sait que résident des tas d’étoiles
A l’écoute
Et tout soudain, au bout d’une longue ère
Dans laquelle la physionomie de la pierre
En rien ne changeait d’apparence
Et tout soudain, voici que quelque chose
S’incrusta en elle
Comme une petite épée de douceur
La piquant
Joyeusement.

La mousse était arrivée là, par hasard
Où bien, était-ce le cadeau d’une étoile dans le ciel
L’une des Pléiades par exemple
Elle avait besoin d’un support pour se reposer
Elle avait beaucoup voyagé
Ici cette pierre nue, seule, terriblement seule
Oubliée de tous
Depuis des siècles et même, même,
Le lichen, même l’humidité n’avaient pas voulu d’elle
Ah ! se disait la mousse !
Quel beau réceptacle !
Allons-y, cela ne coûte rien d’essayer
La voici qui s’intègre
La voici qui s’incruste
La voici qui prospère
La voici qui recouvre
Sans un mot
Tout en douceur, car c’est très doux la mousse
Ça réchauffe, c’est réconfortant, c’est très isolant
La pierre semblait comblée , elle offrait son sein
Elle offrait sa fesse, elle
Offrait son cœur
Et tout y passa.

L’on ne voyait plus rien de sa minéralité.
Juste
On la devinait.

La fable maintenant  parlera de pierre-mousse.

Pierre-mousse en osmose
Doublement accomplies
Fusion sacrée, grande vague d’espoir
De continuité
De dynamisme
Cache pour les insectes
La vie qui grouille
La pierre super ravie
La mousse pleine d’énergie
En demandant toujours plus

Voici qu’une petite teigne un jour
Se fait en elle
Oh ! pas grand-chose de grave
Une pelade comme cela arrive parfois
Tout simplement un oiseau ayant accroché ses pattes
Dans sa chevelure
Tout à coup la mousse ressent une piqûre
Comme une tendre pique d’épée dans sa peau lancinante
La pierre ensuite la ressent également
Une intruse !!
Le duo se sent blessé
L’osmose elle est faite de deux éléments, non de trois
Pierre-mousse n’est pas spécialement offerte aux migrants
Mais voilà cette migrante-là est belle
Elle a une jolie petite rosette au cœur
Des feuilles qui s’étalent comme un parasol
De plus sa couleur est vive
On dirait un petit fruit de soleil
Laissons-la faire dit pierre-mousse
Nous avons encore une petite place au soleil
Pour offrir nos supports à la fleur.

Dame primevère est une visiteuse opportune
Elle a toujours le dernier mot
Elle rêvait d’un support tout de douceur et de minéralité
Pierre-mousse avait l’énergie recherchée
Elle avait créé un écosystème
Juste dans ce petit coin de forêt
Un espace où croissent et se croisent le végétal, le minéral, l’animal et les ondes de l’espace
Pierre-mousse était une poésie à laquelle manquait
La fleur
La primevère
L’une des toutes premières à fleurir dans ces terres
Le rayon qui illumine le sol et les yeux,
Le parfum délicat du printemps.

Il n’y pas de morale à cette fable
Car elle se suffit elle-même
La colonisation de la pierre
C’est une histoire d’amour que nous les hommes,
Devons voir et reconnaître
Comme telle.

Carole Radureau (01/03/2022)

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Fragments de Vivarais, #Pas un jour sans poème

Repost1

Publié le 28 Février 2022

Patience

 

........fragments de Vivarais.....

 

La leçon de printemps est encore

Dans un sabot de velours givré

Le ciel veut tout changer

La lumière, elle, est en apprentissage

 

Ce n’est pas le moment d’éclater

Rien dans notre sève, bouillonne

Il en faut plus de la lumière vive, de la vivacité

Pour donner à nos branches le signal du départ

 

Pourtant ça chatouille le nez, ça

Chatouille l’envie de se laisser tenter par la précocité

Le printemps notre maître d’école n’est pas encore

Arrivé

Il a laissé sur le tableau de son absence un message

De retour :

Ce n’est pas le 27 février qui est écrit c’est le 20 mars

 

Pourtant tout semble nous dire le contraire

Et si le jour, le soleil suit le chemin glissant de la terre

Comme sur un toboggan, la

Nuit le froid suit le même chemin avec son cortège

De tremblotements

 

Il faut s’adapter et nous, nous n’avons pas encore appris

A tricoter

L’écharpe en écorce de bouleau pour soigner la migraine

Les mitaines qui laissent échapper

Les bons petits mots de l’hiver

Ni à fabriquer le grog à la sève de bouleau fortifiante

 

Nous ne sommes pas des érudits

Juste des arbres plantés là

Dans un sous-bois qui se respecte

Et qui paraît ne pas vouloir

Suivre la norme actuelle mais suivre

La norme établie par la terre-mère au semblant de son désir.

 

Carole Radureau (28/02/2022)

 

Inspirée par cette photo de Serge

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème, #Fragments de Vivarais

Repost0