oiseau-muse

Publié le 11 Mai 2022

 

.........fragments de Vivarais....

 

Pic improviste

Quand le photographe est roi

Capter le fugace dans sa robe de rosée

Immortaliser la beauté naturelle

 

Il aime tambouriner sur les troncs

A l’orée des bois

On croirait qu’il nous dit : « Entrez »

On entre

On ne le voit pas !

 

Où es-tu pic épeiche que l’on constate

Les dires dans les journaux

Le beau pic le magicien l’aérien le marteau-piqueur

Celui qui revêt un costume de scène dans les tons de l’anarchie

(sauf le blanc).....

 

Le voici

Le voilà

Peinturluré

Jusque sous les bras

Il est beau   il est charmant

Il a mis du blanc sur ses joues

Comme un petit clown triste

Mais triste, il ne l’est pas

Il joue sur le tronc la chanson de l’amour

Celle de la conquête

Celle de la réussite de la couvée

C’est la saison où il faut

Faire l’emplette de l’âme sœur

Car, seul, le pic n’y survivrait pas

 

Un jour ce serait beau

Notre photographe ami des oiseaux

Appuiera pile-poil au bon moment

Pour capturer la photo des petits becs des enfants-pics

Sortant tout droit de la loge !!

 

Carole Radureau (11/05/2022)

 

Inspirée par cette photo de Serge

 

 

Improviste

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Fragments de Vivarais, #Oiseau-muse

Repost1

Publié le 11 Septembre 2019

 

Sur les flots du ciel

Il vogue il navigue

Il divague

Ne fait jamais de vagues.

 

 

Son gouvernail habile

Prend la température du vent

Il surfe sur le temps

Dessinant dans le ciel

Une carte permanente des étoiles.

 

 

Il a, dessiné sur le ventre

Le portulan des siècles d’or

Il a en lui ces quelques pépites d’or

Qui jusque dans ses yeux

Crépitent comme un trésor.

 

 

Coiffé de fines striures

Comme une chapelure de nuages endormis

Il est un contraste dans les cieux

Que l’œil entrevoit

Comme une vraie magie.

 

Carole Radureau (11/09/2019)

 

Milan royal

Milvus milvus

 

Le voilier
Le voilier
Le voilier
Le voilier

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Oiseau-muse

Repost0

Publié le 9 Septembre 2019

Livrée

Je ne te livrerais de moi

Que ce poisson pêché dans l’effroi

Des eaux.

 

Une subsistance

Un morceau de chair

Pour combler dans ton ventre

Le trou immense

Décoeuré.

 

Je ne te livrerais de moi

Que cette esbroufe

Cette capacité à sortir du tumulte

La proie vive

Et sincère

ainsi

Que cette traversée somptueuse

Dans laquelle la serre est vigoureuse.

 

Si je pouvais serrer sur mon cœur

Ton cœur

Comme ce poisson aux ans argentés

Je serais aigle comblé

Comme un korrigan qui frémit

Sous le regard coquin de la lune.

 

Carole Radureau (09/09/2019)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Oiseau-muse

Repost0