Canzone rojanegra. Torrentaire à calotte blanche

Publié le 29 Novembre 2022

Par JJ Harrison (https://www.jjharrison.com.au/) — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=26043507

Par JJ Harrison (https://www.jjharrison.com.au/) — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=26043507

 

………kaléidoscope des oiseaux……

 

 

Il a coiffé sa colère d’un calot blanc

Tout fait de lait  de riz et de diamant

Et sur sa langue il a couché

Le bœuf de la sagesse.

 

C’est sa couleur, la noire

Qui lui dicte la loi quand il se lève

De bonne heure le matin, c’est

Sa couleur, la rouge, qui

Lui dicte sa chaleur pour

Porter le coup d’épée dans le flanc.

 

Oh ! certes il n’est pas un adepte de la corrida,

Lui,

Ce sont juste les moucherons qu’il trucide

Simplement car il n’aime pas les manger

Vifs

Oh ! certes il n’est pas un grand révolutionnaire,

Lui,

Juste un joli petit oiseau qui vit sa vie

Tout simplement.

 

Le reste ce sont mes histoires

D’anthropomorphe poétique

Qui voit le combat quand les couleurs s’associent

Qui voit la lutte partout :

Partout !!

 

Ah ! la lutte !

Est-elle partout ?

 

L’obsidienne de sa parure est à portée de lave

Le rubis de sa parure est couché dans la fièvre

L’opale de sa calotte est un bijou de pureté.

 

Carole Radureau (29/11/2022)

 

Torrentaire à calotte blanche (rougequeue à calotte blanche)

Phoenicurus leucocephalus

muscicapidées

 

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Oiseaux muses

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Bien sur que la lutte est partout !<br /> sauf qu'on a mit dans la tête des gens que se syndiquer c'était proche du complotisme<br /> Chomsky et Orwell avaient raison<br /> quand je vois toute la semaine des ouvriers mal payés sur le chantiers, qui bossent au black le week end et qui crachent sur ceux qui n'ont pas de boulot et qui profite du système <br /> qui se mettent en maladie et double la mise le dimanche en crachant sur les migrants <br /> que je leur met le nez dans la merde et qui continuent à me soutenir que c'est très bien comme ça <br /> je ne baisse pas les bras <br /> je leur explique que se sont des lâches <br /> que ceux qui profitent ce sont ceux qui les exploitent <br /> ceux qui profitent de leur petite famille le samedi pendant qu'il vont au turbin pour se faire un complément de salaire sans cotiser, en s'en battant les couilles des la sécurité et des assurances sociales dont il ne rechignent pas à profiter<br /> ces gens qui baissent la tête quand ils ont tant de force dans les bras ...<br /> même si j'ai de moins en moins de force dans les bras <br /> je garde la tête haute <br /> et quand je leur rentre dans le choux <br /> qu'ils me disent Serge tu as peut être raison<br /> non je ne baisse as les bras<br /> Et tu sais quoi, je ne suis pas tout seul, ni le premier ni le dernier des mohicans<br /> pour une société juste et respectueuse <br /> non je ne baisserai jamais les bras <br /> je serai toujours un rouge gorge qu'importe la calotte ! ;)
Répondre
C
Je me doute bien que tu dois avoir fort à faire dans ce domaine-là. Et c'est sur le terrain que l'on peut parler et tenter de faire connaître des opinions divergentes. Cela ne m'est pas beaucoup arrivé au travail, dans ma vie, vu le peu que j'ai été en contact avec le monde du travail, néanmoins, je suis fière d'avoir porté la révolution et les idées rouges et noires en cuisine dans un milieu non syndiqué et plutôt conformiste. Je me souviens la première fois où j'ai dit à mes collègues qu'ils ne lésaient pas leur patron avec la petite paie qu'ils recevaient et qu'ils devaient avoir conscience que ce qu'ils lui vendaient c'était leur "force de travail". Pas beaucoup voient les choses sous cet angle, parce que les dialectiques sont sues dans les milieux militants essentiellement mais quand on se dit que l'on vend sa propre force et sa propre vie, on est sans doute plus regardants sur le prix que les autres en donne. Et j'avais dit à mon chef, même si je suis précaire, crois-bien que si je suis témoin d'une injustice dans cette cuisine, je te ferais pas de cadeau......bon, c'est certainement plus moi-même qui les ait subies, mais ça c'est une autre histoire. Ce que je trouve triste et dommageable c'est de voir des classes ouvrières voter pour le rn pensant certainement voir une amélioration à leur mode de vie alors que les autres ne sont qu'une bande de gros propriétaires terriens et d'exploiteurs de chair à patron et de sans papiers, comme on peut les admirer sans peine à l'assemblée quand on veut bien essayer de s'éduquer avec les moyens du bord. Et puis je suis contente de savoir que tu restes un rouge-gorge, le Georges Marchais certainement, un qui voyait rouge !!
A
Elle est chouette la vie au bord de l'eau :)
Répondre
C
Oui, mais ce ne doit pas être de l'eau très chaude car c'est en montagne !!