Circonstance de la poésie

Publié le 12 Août 2022

Circonstance de la poésie

 

Je ne veux pas être celle

Qui va chanter la fin de tout

Ma poésie n’est pas faite pour cela

Et elle a déjà joué

Un peu trop à mon goût

L’oiseau de mauvais augure.

 

Pourtant j’ai mal à l’herbe sèche

J’ai mal à l’air qui assèche l’âme

Comme un fil chaud passé sur le vif de nos vies

J’ai mal à ce que j’entrevois

Le soleil m’ébaubit et parfois me trahit l’affection que je lui porte.

 

Il est dur de réaliser que l’on a les pieds dedans

Il est dur de constater que chacun ne pense qu’à soi-même

Que l’on n’a aucun pouvoir

Pour changer les choses

Y compris autour de soit.

 

Cet été du chaos est triste : non !

Rien à chanter !

Sinon à pleurer pour irriguer de larmes

Les quelques plantes survivantes.

 

C’est comme voir le désert soudain

La grande désertification

Alors qu’au-dessus de nos têtes

L’air du matin plus frais est irrespirable   entaché

Seraient-ce ces nuées d’avions   ce grand boulevard du ciel sur nos toits

Qui polluent nos airs raréfiés

De leur kérosène vacancier/outrancier ?

 

Heureusement les nuits d’août sont plus fraîches

On peut en étant noctambule en profiter

Je m’étonne en voyant des étoiles

Dans le ciel de grisaille et d’ozone permanente

Non encore évacuée par la nuit qui régénère

 

Si c’est cela qu’à ma poésie

Réserve le tournant de ces espérances : à quoi bon ?

Je me sens et elle avec moi

Solidaire

De la terre qui se craquèle comme un puzzle inédit

Solidaire

De la feuille qui se transforme en papier crépon toute enroulée de douleur sur elle-même

Solidaire

De l’oiseau qui se tait trop dans le silence de l’attente

Solidaire

De l’eau qui disparaît comme la ressource sacrée

A laquelle on a crié Gare ! sans être pour autant entendus.

 

Carole Radureau (12/08/2022)

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Eté du chaos

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
On finira par avoir une guerre de l'eau si on continue comme ça. <br /> Ta comparaison avec le puzzle est on ne peut plus pertinente.<br /> <br /> Hier bel orage chez moi avec toute la panoplie assortie, grêle, vent et pluie. J'en ai pleuré de joie. Les températures ont baissé et je t'en souhaite autant très vite.<br /> <br /> Chouette photo !
Répondre
C
Je suis sûre de ça pour la guerre de l'eau accompagnée d'une guerre contre les migrants et ceux qui ne les aiment pas en général seront sûrement eux aussi des migrants ! Je suis contente que vous ayez eu de l'eau et du frais, en espérant que cela n'ait pas emmené tous les nutriments dans la rivière. Ici il faut encore attendre dimanche pour que les températures baissent, ils annoncent de l'eau mais ce n'est pas très sûr. Je crois que les villes surpeuplées et surpolluées subissent d'autant plus fort le réchauffement ce qui semble logique.