J’ai enfumé le monde

Publié le 26 Avril 2022

J’ai enfumé le monde

 

J’ai enfumé le monde avec le pollen de mes mots

La nuée de graines de pissenlit

J’en ai fait une mare à idées jaunes

J’ai volatilisé le suc en poudre éphémère des nuages

En ait saupoudré l’essentiel de la mémoire

 

Je ne veux pas de cette image de croqueuse de terre

Qui colle à ma peau de blanche, d’occidentale

Ça fait un bail que j’ai épousé la terre-mère

Je l’a ressens depuis ma naissance

Même si l’on a détourné d’elle

Mes yeux, mes

Mains ne l’ont jamais quittée

 

J’ai disséminé le monde avec l’argile verte pas encore mûre

J’ai inséminé le monde avec de l’or pur en quatre vers

N’est-elle pas belle la poésie de la terre ?

 

J’ai bricolé le monde avec deux pierres précieuses

Allez ! ils ne les achèteront pas

Je les ai offertes en offrande à la terre

Ne viennent-elles pas de son utérus ?

 

J’ai enfumé la planète avec des poésies trop mignonnes

Qui ne disaient pas assez fort ce que je pensais tout bas :

Elle est coincée ma glotte de poète par la bulle blanche de

La perplexité

L’habitude de ne pas vouloir choquer

Le conformisme qui ressort sous les bras comme une suée

Que l’on ne veut pas admettre.

 

J’ai enrêvé le monde avec des mots qui se voulaient

Velours de pierre

Marne de tendresse

Silex d’agonie

 

J’ai fustigé le monde en lui disant de rester calme

Pendant que je le tiens

Pour lui administrer deux cuillerées d’anar poésie :

Ça pique par moment

Ce n’est pas toujours frais

Mais ça vient toujours du cœur

N’est-ce pas là, l’essentiel ?

 

Carole Radureau (26/04/2022)

 

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Désir de terre

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Tu as minéralisé ta poèsie <br /> et ce n'est pas donné à tout le monde !
Répondre
C
C'est dommage parce que je pense que la minéralité, les éléments de la terre font partie de la poésie. Peut-être que pour des gens comme moi qui n'ont pas beaucoup de stimuli, cet espace offert par la nature, même si elle est toujours la même, en y ajoutant les éléments du ciel, les pierres, la terre elle-même comme matériau, cela devient des acteurs clés et essentiels pour écrire, écrire ce monde-là. Pourquoi en vouloir plus ? Nous avons une saison magnifique avec des floraisons d'une générosité inouïe et les gens, tristement passent à côté de ça sans le voir. Et moi, je m'exclame et je suis heureuse, je sens, je regarde, je m'émerveille et c'est vraiment du bonheur d'être connectée à la terre, d'en reconnaître les bontés et d'en admirer les beautés sans se soucier de ce qui s'en vient. Je vais écrire un petit poème pour célébrer une de mes 1ères roses, c'est la rose qui pourrait être l'emblème de cette année de poésie dédiée à la dame soleil. Du bonheur pur.
A
Oui c'est l'essentiel et c'est toujours frais :)<br /> Ta glycine est magnifique, ça doit embaumer dans toutes les pièces chez toi !
Répondre
C
Il y a plusieurs sources de parfum en ce moment dans le jardin, mais celui de la glycine ne peut pas entrer dans les pièces de la maison, du côté où elle se trouve. Et puis, maintenant, je préfère sentir les fleurs sur place, je ne peux plus faire entrer de fleurs parfumées chez moi, un endroit dépourvu au maximum d'odeurs, car cela me gêne beaucoup. Par exemple pas question d'entrer du muguet, et cette année celui-ci est superbe, il tient longtemps. Alors, je suis très heureuse de sentir les fleurs, vraiment, sans problème, dehors. Après mûre réflexion, sachant ce que je sais de ce problème d'intolérance aux odeurs, j'en conclus que ce n'est vraiment pas sain de faire rentrer dans un habitat fermé des parfums quels qu'ils soient (fleurs bougies, encens, huiles essentielles etc....sans parler des odeurs chimiques). A la maison, chacun a retrouvé le sens de l'odorat.