Agua

Publié le 23 Mars 2022

Agua

Les jours qui se fêtent

Ou pas

La journée de l’eau

Pour ceux du sud qui en manquent

On en parle on en parle

Pour ceux du nord

Qui consomment

On l’oublie on l’oublie

Chez nous on fête l’eau à la station service

Les files de voiture qui ne cessent

Depuis des jours

Pour laver les misères du désert sur leurs capots

A la tienne : Agua !

A la tienne

Avant qu’y en ai plus !

 

Tout ceci qui se trame est une toile

Déjà bien tissée

Nous sommes au milieu de la toile

Dans le sud

Déjà bien ballottés

Dans le nord, ça peut encore attendre disent-ils

Les informations sont contraires

On nous envoie le projecteur dans une direction

Alors que le projecteur

C’est sur la toile d’araignée qu’il doit être projeté

Le grand problème

 

Ça s’effondre ça va s’effondrer :

Non !

Nous sommes effondrés dans l’effondrement nous ne

Sentons pas encore le glissement mais ça arrive, ça arrive

Savoir lire les signes

Savoir déchiffrer entre les lignes

 

Moi, je vois l’eau raréfiée depuis si longtemps

Les peuples que je suis alertent depuis tant d’années

C’est pour nous qu’ils ont soif

C’est à cause de nous qu’ils ont soif

A quoi ça a servi tout ceci

S’il n’y a aucune solidarité !

 

Nous ne fêtons pas la journée de l’eau

Certes !

Il y a bien plus grave, nous disent les médias

Certes !

C’est qu’il va falloir reconstruire ce qui est détruit

Le peuple se serre la ceinture car on lui dit : pas possible de faire autrement

Les mégas entreprises du bâtiments et les marchands d’armes

Eux ne se serrent pas la ceinture

Quand aucune goutte d’eau sortira du robinet

Quand vous ferez cuire votre dernier paquet de nouilles

Dans une poignée de cailloux

Eux se seront si bien rincés

Que peut-être c’est l’éternité qu’ils auront achetée

Pas si sûr, pas si sûr !

 

A la tienne, agua

Ici, on veut parler de toi

Comme une sœur, une mère, une qui fait si intimement partie de nous

Que l’on ne sait si

Parlant de toi

Ce n’est pas de nous que l’on parle !

Et alors, on ne se respecte même pas ?

 

La belle eau la bonne eau l’eau qui purifie

L’eau qui ensemence l’eau qui régénère

L’eau qui désaltère et qui partage son fruit

Sans jamais aucune radinerie

L’eau qui nous envahissait

L’eau qui s’enfuyait

Timide

Devant nos pas

L’eau qui se gargarisait de plaisir

A la sortie des fontaines

L’eau qui se déclinait en multiples gouttelettes

Dans lesquelles l’on voyait

Des paysages tout entiers !

L’eau qui se glaçait ou qui croupissait

L’eau qui ne disait pas son nom

L’eau qui se jetait

Altière

Dans le fleuve son grand-père pour s’unir à lui

Comme une princesse des régions

L’eau qui se consumait dans la cuisson

Qui bouillait jusqu’à envoyer la fumée

L’eau qui coulait sur les joues comme pour à la peau

Des gens

Répéter son message de Toujours, agua, je serais !

 

A la tienne, agua !

Je ne sais pas ce qu’ils feront de toi

Je ne sais pas ce qu’ils feront sans toi

Je ne sais que je t’aime comme j’aime la vie

Je sais que nier ton existence c’est pure folie

Je sais que ne pas respecter nos éléments de cette terre

C’est plus que de la folie.

 

Carole Radureau (23/03/2022)

 

Agua

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème, #Dits de l'eau

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
En lisant ton poème, m'est revenu en mémoire René Dumont, premier candidat écologiste à une élection présidentielle, c'était en 1974 ...<br /> j'ai retrouvé l'extrait auquel je pensais :<br /> <br /> https://www.youtube.com/watch?v=1_weZ8284-0&ab_channel=INAActu
Répondre
C
La 1ère c'est toujours à Huelgoat en Bretagne et la 2e c'est à Sillans la cascade dans le Var.
A
A l'époque beaucoup le prenaient pour un illuminé...<br /> Tes deux photos sont sublimes, Caro où est la première, en Bretagne ?
C
Ah! oui : excellent (excellente culture pour toi Serge) ! Je suis fan de Dumont, c'est l'un de ceux que je lis beaucoup, surtout en référence aux droits humains et pour ce qu'il a dénoncé dans le tiers monde en tant qu'agronome de la faim. Il a très bien jugé de ce qui allait arrivé et prévenu, sans compromission les chefs des états qui étaient ceux qui lui demandaient des enquêtes et des solutions qu'il leur donnait et qu'ils n'écoutaient jamais et il était virulent dans son analyse ce qui bougeait beaucoup trop les choses. A ce moment-là où il alerta, cela semblait du complotisme comme ils disent à présent, seulement, c'était de la prévision tout simplement. Il n'empêche que le relire en ce moment c'est riche en enseignements. Je me suis procuré des lectures de lui sur l'Amérique latine aussi, dans les années 90 : tout y est bien analysé et on peut se rendre compte de la pertinence de ses analyses plusieurs années après. J'ai rajouté la vidéo au poème, merci Serge.