Fleur nue

Publié le 27 Février 2022

Serge nous envoie cette galaxie dite de l'aspirateur (c'est pour aspirer les mots et les renvoyer aux étoiles)

Serge nous envoie cette galaxie dite de l'aspirateur (c'est pour aspirer les mots et les renvoyer aux étoiles)

 

Nous ne voulions pas d’une fleur nue

D’une dame Soleil sans rayons

Nous ne voulions pas de l’oiseau

Sans ailes

Ni de la rose

Sans parfum

 

Nous avions

Déjà

Connu le frisson d’un monde

Un monde à nous offert

Sur le milieu d’un plateau

Un monde idéal beau et parfait

Qui n’attendait

Rien de nous

Si ce n’est le respect

Un petit peu d’attention

 

Pas de ho ! pas de ha ! pas de Que c’est beau !

Bon , allez on s’casse

Pour aller terminer la fête au bistro

Ou dans un gros bateau pollueur

Ou dans un avion tout autant

 

Les avions

Déjà

Dessinaient dans le ciel

Des croisillons

Presque parfaits, donnant

L’envie

De planter au cœur du croisement

La flèche du ras le bol

 

Nous ne voulions pas de la rivière

Sans son eau

De la lune

Sans éclat

Des étoiles à la triste mine, sans leur fard aux joues

Nous ne voulions pas de la banquise

Sans glace

Ni de la forêt sans ses arbres

Quelquefois le chant du pic

Voulait

Tambouriner

Il n’y avait plus rien que nos cœurs

Pour recevoir son humeur

Triste et morose

Pic sans bois

 

Nous ne voulions pas de la paix

Quand elle était là

Ne sachant pas la préserver

Nous ne voulions pas de la guerre

Pour nous

Car chez les autres, ça dérangeait moins

Nous avions des colères des rancœurs des indignations

Très sélectives

Comprenant le sens où l’on se situait

Politiquement, socialement parlant

 

Nous ne voulions pas du sang dans les rues

Parce que ça fait désordre

 

Mais nous voulions la voiture les vacances

Le chauffage central

De quoi se rendre au travail

Nous voulions de quoi vivre dignement

Ça, ils nous avaient appris à le faire

Du moins le croyons-nous

mais à quel prix !

 

Mais tout ceci reposait sur un tulle

Si fin

Si léger

Si superficiel

Que chaque jour il s’envolait un peu plus emmenant

Avec lui des vagues de tendresse

Claquant dans le petit bec du colibri

Un baiser d’adieu

Comme pour lui signifier : toi, ils t’écouteront

Dis-leur comme cela est fragile

Comme la beauté est éphémère

Comme le manque de respect, pèse

Comme il y a un juste milieu

Dis-leur comme l’eau est pure quand on ne la gaspille pas

Comme la solidarité est pure quand on la met en œuvre

Dis-leur comme l’union fait la force

Comme l’amour est un lit jamais défait

Quand on sait aimer comme il se doit

En donnant plus qu’en ne voulant recevoir

Car aimer cela convient aussi aux choses de la terre

Elles ne sont pas belles en vain

Parfumées, mystérieuses, telluriques, poétiques, semblant éternelles

Toujours là à resplendir chaque cycle comme si cela ne devait cesser

 

Les choses sont là

Elles ne demandent qu’à être

A puiser dans la conscience la beauté de l’être

La force non de combattre car trop de combats polluent la terre

La force de lâcher prise même si c’est dur

De lâcher prise même si l’on meurt

De ne savoir

Comment faire pour revenir sur ce qui a été corrompu.

 

Le colibri m’a dit :

Ne gâche pas ton sourire

Dans un soutien-gorge de misère :

Vers la lune, libère

La libellule de ton âme

Comme un songe en culotte de lin bleu.

 

Il n’y a qu’une étoile des Pléiades

Pour redonner au sens l’énergie nécessaire

Souris : voilà, éclaircis le mystère

De ton âme partie à vau l’eau

Il faut reconstruire réédifier la pyramide de la conscience

Bêtement sombrée comme le château de cartes

Quand tout va mieux on le laisse choir

L’homme est ainsi fait

Eternel recommencement

 

Donne-moi de ta force colibri par mon cœur saisi dans le vif d’une pose

Donne-moi de ta force Pachamama car je dois te célébrer un peu

Bâtir pour toi une mesa pour y confier mes dons

Que sourie à son tour le catalpa voyant cela

 

Donne-moi de ta force lune dont je ne vois plus le sourire de lait

Avec les forceps de la même renaissance il me faut revenir à l’état

Il y a trop de souffrances sur cette terre

Pour que la mienne s’y joigne

Comme une larme perdue dans la mer

Il y a trop de souffrances, je veux par-dessus tout éveiller la fleur

De l’espérance.

 

Carole Radureau (27/02/2022)

 

 

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Agate mousse

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
l'observation du ciel profond apporte à la fois force et humilité<br /> cette galaxie se situe à 48 millions d'années lumière de nous ...
Répondre
C
Je veux bien te croire, ce que l'on voit, comme ça à première vue est déjà bien inspirant, même réconfortant, d'ailleurs, ne dit-on pas "lever les yeux au ciel". Je ne connaissais pas cette galaxie, tu nous en apprend beaucoup.
A
Fais du bien ton poème, au milieu de l'horreur, merci Caro et merci à Serge pour cette incroyable photo.
Répondre
C
Tu sais, j'avais le moral en berne en l'écrivant, je croyais que ça ressortirait dans ce texte. C'est vrai qu'elle est incroyable sa photo, elle fait beaucoup de bien, nous redonnant de l'énergie pour passer un mauvais cap.