Celui qui contemple le froid

Publié le 7 Février 2022

Torres del Paine nacional parque Chili Par LBM1948 — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=77887313

Torres del Paine nacional parque Chili Par LBM1948 — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=77887313

.....balade avec mon arbre.......

Celui qui contemple le froid

Courbant le dos car l’air est tranchant

Il voit passer

Des pans entiers de glaciers

Bleus comme une piscine australe

Flottant au gré de l’onde

Pans d’autrefois gagnés par le temps

 

Lui c’est le torturé  l’adapté

Adaptable il a raison de l’être

D’ailleurs : a-t-il le choix ?

S’il veut survivre dans cet espace

Là où le déposa la terre-mère soufflée par le vent

Il fait froid

L’un des froids les plus piquants au monde

Sa nature est bien faite

Observateur  grand penseur  libre penseur même

Il a sacrifié aux mythes le rythme des saisons

A pioché dans la veine-mère un soupçon de lumière

Chaude comme un rayon de miel

 

Il ne souffre pas, non

Car il ne connaît pas la bienfaisante chaleur des tropiques

Les palmiers qui ne songent qu’à regarder les vagues surfer

Pacifiquement alors que les oiseaux

Se reposent

Sur un banc d’algues tièdes

 

Lui, c’est son coin

Sa petite patrie à lui

Elle est belle sa patrie

Dans le monde on lui envie

On vient la photographier

On vient pour approcher au plus près

De cet iceberg qui fond

Comme une avalanche bleue

Comme si c’était merveilleux d’observer ce qui va disparaître !

Mon lenga est témoin de cela

Afflux de touristes  gens qui prennent des risques inutiles

Payant bien cher pour l’aventure  le mystère

Observer las Torres enneigées avant qu’il n’y en ai plus

Ça se paie cher tout ceci

Mon lenga pour lui c’est gratuit !

Je ne suis pas sûr que nombreux, les admirateurs du coin

Echangeraient à vie

Leur place avec la sienne

Il a ce mérite   c’est un aventurier

C’est un téméraire que dis-je

Un révolutionnaire

Moi je l’aime tout tordu qu’il est

J’aime ses frères  ces beaux nothofagus chiliens

Ces arbres anciens ces âmes pures

Ces gardiens d’un temple qui n’a pas demandé à l’être.

 

Carole Radureau (07/02/2022)

 

Lenga (nothofagus pumilio)

Hêtre de la Terre de Feu

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #L'arbre qui fait parler de lui, #Balade avec mon arbre

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Le Chili est vraiment une terre de contrastes
Répondre
C
C'est qu'il a une telle longueur de colonne vertébrale qu'il passe d'un extrême à l'autre avec peu de transition quand on y pense.
A
Tortueux à souhait, il est magnifique et tu racontes bien ce qu'il est. <br /> C'est marrant, je pensais hier à nos palmiers qui ont eu si froid quand il a neigé il y a 4 ans, tellement piteux et frissonnants que ça faisait pitié...
Répondre
C
ça fait déjà 4 ans la neige sur les palmiers ? Comme le disait Ferrat : on ne voit pas le temps passer.