19. Les trois hêtres

Publié le 19 Décembre 2021

Par Paul-Élie Ranson — http://www.the-athenaeum.org/art/full.php?ID=14345, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7059968

Par Paul-Élie Ranson — http://www.the-athenaeum.org/art/full.php?ID=14345, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7059968

........le langage des arbres.....

 

 

Trois frères nous sommes

Trois êtres portant le nom de hêtres

Etre à n’en plus finir

 

Etre ou ne pas hêtre en forme

Hêtre au pied desquels semble

Dormir

Une créature de la forêt

Magique    magicienne   porteuse de légende

Là sous son chapeau de mousse verte

Avec ses bottes de racines

Sa tenue de mousse verte

Et deux semblants de lichens

Dans les rêves

 

C’est une illusion ?

Qui peut savoir ?

Le peintre est devenu poussière

Sa magie pourtant opère

Il en sort une belle lumière

Pour éclairer nos yeux

 

La fougère   petite    prospère

Prend des couleurs de palette

Comme pour entrer de plein pied

Dans les rêves éveillés

 

Il y a un soleil qui fuit

Tel une anguille entre nos rangs serrés

Un bleu venu de l’outremer

Virant au mauve de la narration

S’enfilant sur la chlorophylle dominante

Le bleu vient

Ecarquiller ses yeux

Comme un invité

 

La beauté est dans sa tenue de simplicité

Et l’on est surpris

De ne point y voir de nymphes

 

Le peintre a l’habitude de mêler les corps nus

A nos frères arbres

A nos sœurs fougères

Dans une beauté toute naturelle

Mimant le fameux eden

 

Nous les hêtres préférons avoir une petite chaussette

Moussue

A nos pieds

Voire des mi-bas

Pourquoi pas des collants

Car l’humidité épuise parfois

Le soleil n’est pas toujours au zénith de nos vies

 

Hêtre ou ne pas être vivants selon la définition

La question ne se pose plus

Nous vivons et voulons que cela se sache

Nous ne sommes pas faits de bois

Oups !

Si seulement nous pouvions parfois

Dans une blague

Déguiser nos troncs découpables à merci

En jambes d’acier

Rien que pour voir leurs mines

La mine de la tronçonneuse

Ça les ralentirait peut-être

Ça les ralentirait ?

 

Carole Radureau (19/12/2021)

 

 

Trois hêtres /Paul Ranson 1905

 

 

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Hélas non ça ne les ralentirait pas, ils sont insensibles aux poèmes et c'est pour cela qu'ils ne réfléchissent pas. Très agréable à lire, Caro, ce poème à la fois souriant et militant, j'ai adoré les petites chaussettes :)
Répondre
C
Merci Alma, c'est qu'il faut en découvrir des idées dans le parcours de la forêt.