31. Arbres, j’ai aimé

Publié le 31 Décembre 2021

Forêt d'Huelgoat

Forêt d'Huelgoat

 

Arbres, j’ai aimé

Porter votre parole

Dans un mois de décembre de l’an 2021 qui m’a semblé

Rempli de richesses

Où prendre de la hauteur à

Vos côtés,

Primait.

 

Arbres, j’ai aimé

Vous prêter ma plume

Ma muse et ma petite verve

Sans doute n’était-ce pas cela dont vous auriez aimé

Parler

Excusez, si j’ai brodé, flatté, enjolivé

Ou terni vos pensées.

 

Arbres, comment vous dire que vous nous êtes précieux

Si à côté nous permettons les abattages ?

Comment être cohérents, arbres

Comment être sincères ?

Nous devons être les générations de la reconquête

Celles qui apprennent à leurs enfants, leurs petits-enfants

Où se trouve la vérité

Pour compenser les grandes tragédies des arbres,

Des forêts.

 

L’homme n’est pas mauvais, arbres

L’homme simple est bon

Ce ne sont que des poignées d’êtres qui détruisent

Mais ce sont des puissants

Ils écrivent des lois pour leurs simples profits

Les profits d’une oligarchie qui n’a nul besoin d’argent

Ce sont des malades dangereux

Pourquoi alors ne pas les arrêter ?

Pourquoi alors leur donner des chèques en blanc ?

 

Il y a d’un côté les immondes destructeurs

Impunis, insolents, insultants, cyniques

Il y a d’un autre côté des masses éduquées

Voulant bien faire

Il y en a qui s’en moquent

D’autres qui ont des soucis terribles à régler

Il y a ceux qui veulent bien faire et bricolent

Cela n’arrange rien à notre affaire.

 

Puis il y a les poètes arboricoles

Qui grimpent à vos troncs, arbres

Munis d’une âme-scribe

Prenant au passage votre énergie dans la dureté de vos écorces

Sollicitant votre accord

Avant d’écrire : vos porte-paroles

Le poète est un enfant de l’arbre

S’il ne maîtrise pas la poésie tellurique

S’en est fait de lui

Il a raté une marche

La marche de la poésie véritable

Celle qui est connectée à l’essentiel

Le poète est un arbre

Il a une encre-résine

Une plume-feuille

Une trame-tronc

Une âme-canopée

C’est un arbre transformé

Pour le bien de l’humanité des arbres

Mais le poète est plus que ça,

Il est le frère de ce qui vit

Le frère de ce qui souffre

Le frère de ce qui est tu

Sa destinée dans le désert des non-dits

Est greffée comme une ente de vérité

Le mastic est un désir de faire

Bien plus collant que l’atmosphère,

Un résidu de pléistocène.

 

Arbres, j’ai aimé me couler, argile

Dans vos duramens

Décalquer vos libers en vers

Dessiner vos aubiers en perles de beauté

Aérer de pulpe de pomme vos cambiums

Vous m’avez fait rêver,

Vous m’avez enseignée,

Vous m’avez fait rire,

Vous m’avez emmenée au-delà des monts-de-lune

Dans un monde cosmique

Où l’arbre est un pilier

Où l’arbre est un sorcier

Puis un rêveur invétéré.

 

Arbres, j’ai aimé

Me joindre à vous

Je suis triste de vous quitter

Je sais que nous nous reverrons

Rien n’empêche le poète de vous brosser de sa plume

Dans le sens du poil quand l’occasion est là.

 

Bonne année 2022 arbres frères, arbres sœurs

Arbres pères, arbres mères

Arbres grand-mères, arbres grands-pères

Qu’elle soit prospère votre destinée

Que s’éteigne le bûcheron sur son bûcher néolibéral

S’il doit y avoir une seule flamme

Que ce soit la flamme de la réunification

Entre la forêt et l’homme

La flamme de la grande unité

Où même l’arbre mort reste sur pied

Pour que profite encore de lui,

La vie,

sa vie 

démultipliée.

 

Carole Radureau (27/12/2021)

 

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème, #L'arbre qui fait parler de lui

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Oui bravo et merci pour cette année adoucie par tes poèmes, Caro. <br /> Tu as aimé les écrire et nous avons aimé les lire.
Répondre
C
C'est gentil de me dire ça Alma. Cette année aucun défi, ça va être au jour le jour et il y a un projet que je vais sans doute fignoler sur le thème des oiseaux, mais c'est juste du complément. On verra ça, c'est le beau-père de ma fille qui me tend une perche pour une petite édition pour le cercle familial : poésie et dessins sur les oiseaux associée aux peuples indigènes. Je dois dire que vu sous cet angle, ça me donne un peu des idées comme tu t'en doutes. Bisous et bonne journée
H
La sylvestritude expliquée aux cailloux ! ;))<br /> bisouxx et bravo pour cette année de poésie !
Répondre
C
Merci Serge de ta fidélité et de ton esprit-caillou.......je ne suis pas mécontente d'avoir mené à terme ce défi de 365 jours de poésie. J'ai eu quelques petits moments de ras-le bol mais pas trop à vrai dire, je crois que je suis quand même rôdée à cet exercice d'écrire chaque jours depuis le temps (10 ans de poésie cette année). J'ai bien aimé être accompagnée des arbres. Gros bisouxx