18. Excusez-moi

Publié le 18 Décembre 2021

18. Excusez-moi

......le langage des arbres...

 

« Quand la violence eut renouvelé le

Lit des hommes sur la terre,

Un très vieil arbre, à sec de feuilles

Reprit le fil de ses maximes...

Et un autre arbre de haut rang montait

Déjà des grandes Indes souterraines,

Avec sa feuille magnétique et son

Chargement de fruits nouveaux. »

Saint-John Perse (Vents)

 

Excusez-moi si je me reconstruis

J’ai décidé de muer

C’est très pratique cette histoire

Une porte s’ouvre vers un autre monde

 

Changer de peau

Changer sa peau

C’est un peu une renaissance

C’est un peu se laver des poussières du monde

Aussi du sang qui tâche nos écorces

Malgré nous

 

Quand l’air est vicié

Il y a comme dans celui-ci des miasmes

Qui se déposent et nous, arbres

En sommes les témoins

Nous sommes spectateurs passifs d’un théâtre

Folie humaine, folie collective

Que nous ne jugeons pas, non

Que nous ne jugeons pas

En avons-nous la possibilité d’ailleurs ?

En pleine conscience

En lâchant prise

Nous voyons se dérouler sous nos yeux

Une carte du monde

Dont, nous seuls, arbres

Connaissons la réponse

Connaissons la substance

C’est à vrai dire très simple

Pourquoi chercher le compliqué

Il y a tout un déroulé

Qui se répète au fil des siècles

Qui a déjà démontré ses preuves

Suffit de le reprendre

 

Rien ne change, non

Rien ne change

 

Nous observons

Prenons les coups

Nous sentons parfois tristes

Subissons les assauts répétés

Subissons le manque de respect

La discrimination

En nous taisant en nous taisant

 

Mais ceci laisse des traces

Traces de ruptures de confusion de scission

Jamais ne demandent pardon ceux qui détruisent

Jamais ne se sentent coupables ceux qui pillent

Jamais ne doutent de leurs actions ceux qui disséminent la haine

 

Tant d’inconscience

 

Muons frères arbres

Changeons de peau pour refaire face à d’autres décennies

Armons-nous de patience

Nous disant que nous avons sans doute la chance

D’être encore debout

De pouvoir écrire

De poétiser.

 

Carole Radureau (18/12/2021)

 

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
le coeur des arbres ressemble à un disque vinyl<br /> tu es le tourne disque de la forêt ...
Répondre
C
Ah ! j'aime bien ce que tu dis !! Ca me (parle) ou plutôt ça me chante......la rondelle de l'arbre comme un disque vinyle sur lequel on pourrait y piquer le diamant de la pérennité. Par contre quand je les vois découpée sauvagement les grosses rondelles d'arbre hyper vieux en Amazonie, ça me dégoûte !!
A
Oui, ils peuvent s'armer de patience, tel que c'est parti !<br /> (J'aime beaucoup Saint -John Perse)
Répondre
C
J'ai mis un des livres de sa poésie dans mon panier d'envie sur le site d'un de mes revendeurs habituels. Si tu suis ce lien, tu vas trouver des livres avec les offres qui les concernent des moins chères aux plus chères en occasion : https://www.chasse-aux-livres.fr/search?query=saint%20john%20perse&catalog=fr
A
Il est très rare en effet et peu accessible en librairie à part des éditions assez chères.
C
Les arbres ont la croissance lente, si on veut bien leur laisser le temps de croître....<br /> Je crois me rappeler que tu m'avais dit que tu aimais bien cet auteur. J'ai eu l'occasion de le lire en extrait dans un de mes livres, ça m'a inspirée pour les arbres. C'est rare que je vois des citations de lui.