17. Bois d’éternité

Publié le 17 Décembre 2021

Par LBM1948 — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=90207742

Par LBM1948 — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=90207742

...……le langage des arbres……

 

 

J’ai la peau dure

Ou plutôt l’écorce

On peut de moi citer des légendes

J’entre dans les huttes à sudation

Dans les prières dans les fumées

Je suis symbole de chasteté

Ma baie étant protégée par des feuilles

Imprenable, la vertu, imprenable

 

Selon Pline l’ancien mon bois ne peut dépérir

Il n’en fallait pas moins pour me taxer d’éternel

C’est vrai regardez comme je me tords

Me contorsionne

Plié sous le poids des ans

Tordu sous la tâche et la vérité

 

Médée aida Jason à s’emparer de la Toison d’or

Grâce à une potion issue de mon ancêtre

Nous entrions à grands pas dans les lettres

Par là-même dans l’éternité

 

Parfois des rapaces sur moi se posent

Oh ! je ne sers que de support

Ce qui compte pour eux c’est la vue

Une vue plongeante comme dans un décolleté

Là où règnent le permis et l’interdit

 

Là-dessous s’écoule le temps

Comme une rivière d’argent qui puise dans une source de calcaire

Un petit verre de minéralité

La force vient de là

Mes racines s’inscrivent dans cette force

Elles plongent au milieu de la minéralité

S’unissant à l’eau fraîche

L’aidant à parcourir les ravins

La guidant vers la sortie du tunnel

Vers la grande bouche de vivacité

Moi genévrier j’entends de toutes mes forces

Porter et maintenir ces lieux

Je suis le détenteur de la pierre

Le fils généreux qui amalgame les terres

Je suis celui qui retranscrit sa puissance dans l’écorce

Dans le fruit le feuillage et l’aura

Savoir utiliser ma chair c’est savoir se guérir

Pourquoi pas acquérir aussi

Une sorte d’éternité ?

 

Carole Radureau (17/12/2021)

 

Juniperus osteosperma

 

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
tu aurais pu dédié ce poème à Léonard Pelletier ;)
Répondre
C
C'est vrai, et il en aurait bien besoin, seulement pour lui écrire il faudrait que je le traduise et l'anglais ce n'est pas ma tasse de maté comme tu t'en doutes !! Pas un jour sans que je ne pense ou ne parle à la maison de nos prisonniers politiques, comme une blessure toujours ouverte en évitant de ne pas trop se projeter.
A
C'est dingue ce qu'on apprend pendant la lecture si agréable de tes poèmes!<br /> Ce qu'on appelle joindre l'utile à l'agréable :)
Répondre
C
C'est sympa, j'essaie de me documenter un peu quand même mais j'ai souvent l'impression de me répéter, normal après presque 10 ans de poésie !!