Le triomphe du grenat

Publié le 4 Novembre 2021

Le triomphe du grenat

 

J’ai gagné l’or de plaire

La grande dignité

L’éclaboussure des sens

Le miroir sans son tain

 

J’ai réussi le pari de l’automne

La merveilleuse transformation

Quand je tronque le grenat au pourpre

Le pourpre de la saison

 

J’attends mon prix : j’attends !

Que serais-je sans le dénivelé du jour

Sans le décompte des minutes

Sans le jour qui rétrécit ?

 

Bientôt je serais nu mon grenat

Enfui

Comme autant de pertes pures

De chlorophylle et d’envies

 

Bientôt je ne chanterais plus

Le chant de gorge de l’hiver

Car je serais enroué

Mon écharpe de soie s’étant envolée

Pour ne plus revenir

 

Préparez-moi le grog au bon miel des Pyrénées

Avec une pointe d’arquebuse

Une pointe de quinquina

Je veux qu’il rougisse ma gorge

Qu’il rougisse mon sang comme seul, lui,

Sait le faire

N’est-il pas le digne père

Qui saigne aux hommes

Le sang de l’Amazonie ?

 

Carole Radureau (04/11/2021)

 

Le triomphe du grenatLe triomphe du grenatLe triomphe du grenat
Le triomphe du grenatLe triomphe du grenat

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
ça parle même au daltonien que je suis :))
Répondre
C
Super ! (il faut dire que c'est une couleur qui te parles !)
A
Mouah, les photos ! Magnifiques, c'est toi qui mérites un prix, autant que l'arbre !!!
Répondre
C
Je n'ai pas grand mérite, il est là, à étaler son grenat et son pourpre sous mes yeux.....je regarde les jeux subtil de la lumière et dès qu'il y a un truc sympa à photographier, je le fais.