La poussinière aux rêves bleus

Publié le 13 Novembre 2021

 

J’ai fait un rêve de couleur bleue

Bleu est le son des étoiles

Je n’ai même pas tenté de résoudre

L’énigme

Qui glisse 7 noms de sœurs

Aux 9 étoiles des Pléiades.

 

Le rêve de la poule aux poussins

A continué

Fervent

Multiplement interprété selon l’origine des pas

Mais le ciel lui ne change pas

Il y a une certaine vérité

Car quand tu lèves la tête

Il y a au-dessus de toi une carte

Qu’il faut reconnaître : un grand portulan

D’ailleurs ne dis-t-on pas que la constellation est la patronne des marins

Et que cet amas ne regroupe pas 7 ou 9 étoiles

Mais des milliers

La plus brillante c’est Eta Tauri, ou Alcyone, la poule

Elle peut nous tirer la langue

On ne la rattrapera pas à 440 années lumière de la terre

Pourtant Serge l’a figée

Dans toute sa beauté

Toute nue

Sortant du bain

Ou de l’œuf

Avec son voile de tulle bleu

 

Dadjâdja al-samâ mâ banatihi des Arabes

Pillalou codi en Inde

Gallineta (poulette) en Italie

Tout ceci de la poule à ses enfants

Pour la grande poussinière galactique

 

Pourtant il semblerait que c’est Zeus lui-même

Qui les a, ainsi placées

Comme cela les mortels peuvent s’ils le souhaitent

Connaître les révolutions des saisons

Quand les Pléiades se couchent le matin au mois Althur

Alors l’hiver commence

Quand elles se lèvent le soir elles ramènent le froid

Alors que le lever du matin apporte la chaleur

 

Elles sont aussi les précieuses connaissances des cycles agricoles

Elles gardent en elles dans l’intervalle des 6 mois de leurs différents levers

Les moissons,

Les vendanges,

La maturité des récoltes

 

La poussinière est sacrée

Du moins elle inspire les êtres

Toute génération

Toute géographie

Confondues

 

Je ne sais pas si tout ceci se révèle

Il y a toujours une sagesse populaire dans les observations

Elles sont les conséquences de la vie

Quand rien n’est facile

Quand tout s’acquiert à grands coups d’énergie physique

De force mentale

Et d’intuition

Les choses ne tombent jamais toutes seules dans les becs

Même des poussins de l’espace.

 

Les étoiles sont nos sœurs que dis-je, nos mères

Nos grand-mères, nos chères aïeules tremblotantes

Elles ont ici revêtu le tulle bleu de la divinité

Comme une lumière sacrée

Qui brille autour de leur âme comme une aura.

 

Carole Radureau (13/11/2021)

 

Inspirée par cette (sublimissime comme dirait l’autre dont le nom commence par un R) photographie de Serge que je remercie autant de fois qu’il y a d’étoiles dans le ciel du Vivarais

 

 

La poussinière aux rêves bleus

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Eh ben dis donc, tu es déchainée ! :)<br /> Ce qui est bien avec le ciel nocturne, c'est que chacun y voit ce qu'il veut <br /> une poule et ses poussins, une grande ourse ou une casserole, un chacal qui sème des cailloux, sept soeurs, Orion le guerrier et sa ceinture et que sais-je encore<br /> un inventaire à la Prévert ! :)<br /> vertigineux comme l'infini ...
Répondre
C
Oui, déchaînée mais c'est que tout ceci m'épate......je trouve ça merveilleux. Autant la perspective de la photo et de ce qu'elle représente que tout ce qui en découle sur l'histoire, les noms, les légendes etc.....il y a un début et pas de fin.....
A
Du bleu plein les yeux, merci Serge pour cette exceptionnelle photo et merci Caro pour le poème bleu intense des rêves, superbe page !
Répondre
C
On a de la chance....