Je clos sur ce ciel

Publié le 30 Novembre 2021

Je clos sur ce ciel

 

Je clos sur ce ciel

La trentaine de jours passés

Avec leur poésie du moment

Poésie de sagesse, poésie de partage,

Poésie du temps qui passe,

Poésie qui se pleure parfois

Qui souvent, pourtant

Se tait

Comme une forme de déni.

 

Il faut savoir lire entre les mots

Se faufiler entre les lignes

S’interroger, parfois

Car la poésie aime se maquiller.

 

Je clos sur ce ciel

La vérité et le mythe

La question et la réponse

La question sans la réponse et l’on sait bien

Que cela est le plus courant

L’acceptation et le lâcher prise

Et l’on sait bien comment cela

Est difficile

Je clos juste ces trente derniers jours

Qui firent un mois complet

Jours qui vont se renouveler et pourquoi donc

Pourquoi donc leur avoir donné un chiffre ?

 

Et pourquoi donc avoir annulé ce si beau

Calendrier

Qui nous offrait un jour du cochon,

Un jour du soufre et l’autre de la pintade

Au lieu de vieux prénoms de saints dont on ne sait rien ?

 

La vie aurait été plus gaillarde

Plus belle rien que de penser l’été

Aux belles gorges

Dépoitraillées des représentantes

Chaque mois

Cachez ce sein qui pourtant nourrit

Donne sa sève de vie

Allez : que de pudibonderies !

 

En ce 10 Frimaire dédié à la pioche

Je creuse la tranchée de suite

Qui, suivant le calendrier présent

Me dit de décompter les 31 jours suivants

Que je dédie, nom d’une poétesse

Aux arbres et encore aux arbres :

31 jours rien que pour eux

Que peut-il y avoir de mieux ?

(Certes, 365 jours peuvent faire mieux)

Mais c’est osé !

Allez, je ne relèverais pas un tel défi

Car de le dire déjà

Il me trotte dans la tête

Que ne je ferais-je pas pour recevoir du père nono

Une tête de linotte

Je regarderais ce ciel sans le voir

Juste en le voyant

Sans me poser toutes ces questions

Qui n’ont, comme vous le savez

Pas de réponses.

 

Carole Radureau (30/11/2021)

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Oui moi aussi ça me va, un calendrier de l'avent en branches d'arbres avec des feuilles de poésies.
Répondre
C
Comme quand j'avais accroché les images des disparus dans mon liquidambar.....ça rendait vraiment bien, ça avait une puissance symbolique. Maintenant vu la saison,, je ne peux rien entreprendre dehors, et à l'intérieur le sapin est devenu persona non grata (à cause de l'odeur de résine qui certes sent bon mais envahit l'air) et ça, il faut le faire accepter.....
H
un calendrier de l'avent dans les branches, ça me va ! :)
Répondre
C
C'est bien, en effet, en plus on ne risquera pas l'indigestion !