Vif-argent et blanc

Publié le 6 Octobre 2021

 

Après le feu tiédi de l’été

La profusion de fleurs

La saga-zinnia emportée par le flot de vers

Voici venu le retour à l’oiseau

L’oiseau endormi par le champ de la vie

Le climat délétère

L’inquiétude et le fruit de l’aurore terni

La mousse qui se veut lichen dans l’âme pleine

Demeurant coite et quiète comme attendant le cri

Le cri subtil et délicat de l’oiseau

 

Vif-argent comme un arlequin noir et blanc

Au damier bien tressé

Bien pressé sur la poitrine et les ailes

Et la huppe dressée en attente de bruit

 

Le poisson qui s’enfuit

Qui ne demande pas son reste

La nature qui semble avoir conservé l’hymen au frai

Au frais du gué verdi par des promesses tenues

Des élucubrations de saumons aux frayères fières

L’oiseau a fait son nid au-dessus du dîner

Nulle nappe sur sa table juste un coup de cou bien tranché

Pour enlever à l’invité le goût de vivre

Tout simplement le gober comme l’on gobe l’œuf sorti du cul de la poule

 

La beauté s’ébat au milieu de la nature tranchant d’un air sec

La vivacité de l’aurore

Pas trop vite pas vite temps laisse s’égrener tes secondes par secondes

Cadencées comme une nécessité de profiter de chaque instant

Je ne veux plus voir fuir ton calendrier de préciosité infinie

Je ne souhaite comme l’oiseau vif-argent

Générer de la vie dans le semblant de mon tire d’aile

Faire ce que bon me semble et surtout

Goûter

Goûter

Chaque instant

Comme s’il était le dernier.

 

Carole Radureau (06/10/2021)

 

Toujours à Kunashir dans les îles Kouriles avec le martin-chasseur tacheté

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème, #Oiseaux muses

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
je ne connaissais pas ce superbe oiseau dont tu décrit très bien l'élégance
Répondre
C
Il y a beaucoup d'espèces de martins chasseurs ou de martins pêcheurs selon les régions. Lui, c'est une vraie beauté, d'une délicatesse incroyable dans le dessin de ses motifs, de plus, je ne sais pas pourquoi mais autant j'aime la couleur, autant j'adore les oiseaux noirs et blancs, je leur trouve une classe inégalée, ils ont quelque chose de particulier. J'y vois d'ailleurs un grand exotisme.
A
Ton poème est à la hauteur de cette splendide vidéo !
Répondre
C
Merci Alma, ils ont toujours de superbes vidéos avec des films époustouflants de technique. De plus, c'est très zen parce que ça ne parle pas, juste les sons de la nature.