Je suis mort ! Dit l’arbre

Publié le 27 Octobre 2021

 

Je suis mort !

Et peut-être, vous ne me croirez pas.

 

Loin d’être couché

Sur le sol

Comme tout être mort

Ma nature à moi

Me conseille de rester debout

Face à l’adversité

Et voici mes bois

Fiers comme des andouillers

Qui propagent leur soie

Au-delà des frontières

Et l’on n'entend presque mon cri de rut

Rebondir sur des troncs

Pas très vivants, non plus,

Pas très vaillants, non plus,

Impermanence des choses

 

Je suis mort !

Et nul doute, vous pleurerez, l’apprenant

C’est que je n’y vais pas de main morte

Aussi crûment, l’annonçant

Ma vie était ce qu’elle fut

Et j’y croyais

Jusqu’à la fin

Seulement, moi, l’arbre, la fin

Je ne la savais pas possible

Aussi

Je ne m’en souciais pas

 

Pourtant ça me fait tout drôle

Ne plus sentir la fourmi dans mon tronc

Ne plus être admiré et choisi pour ma force

Par les oiseaux

Mon ego prend l’air

A présent je ne suis choisi

Qu’en perchoir

Comme un truc que l’on achète pour mettre dans une cage

Pour que la perruche se prenne pour une acrobate de cirque

 

Ça me fait bizarre

Le calme a envahi mon bois

Nul picotement arrive jusqu’à mes bois

Je ne suis même plus antenne

Je me laisse peu à peu envahir

Ah ! comme j’ai hâte qu’on me recouvre

De vert, vert comme je t’aime vert

Vert ramage, vert plumage, vert comme la vie

Vers qui je me tournais et qui m’a fui

Mais pourquoi donc ?

Mais pourquoi donc ?

 

Sortez de terre mes petits rejets

Que les larmes qui semblent encore vivantes

Dans l’extrémité de mes cernes

Ne jaillissent

Que d’écrire de vous écrire ainsi

Je me suis mis le bourdon

 

Je suis mort !

Disais-je

Vive moi !!

 

Carole Radureau (27/10/2021)

 

Inspirée par cette photo de Serge

 

 

Je suis mort ! Dit l’arbre

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème, #L'arbre qui fait parler de lui

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
ces arbres sont très vieux et certains commencent à dépérir
mais le renouvellement se fait ...
Répondre
C
Ah! tant mieux, la vie est ainsi quand on la laisse faire, sans "s'emmêler".
A
C'est beau, magnifique ce que tu écris.
Mais tu es sûre qu'il ne va pas reprendre, il a encore des feuilles...
Répondre
C
Il n'est sans doute pas mort en fin de compte cet arbre ardéchois, juste une branche comme des bois de cerfs. Mais au fur et à mesure que j'écrivais, mes mots ont voulu écrire pour la mémoire de mon arbre mort, qui semble bien mort, hélas, mais qui restera debout pour continuer à recevoir oiseaux, roses et clématites.