Ventre de quartz – Patricio Manns

Publié le 26 Septembre 2021

Ventre de quartz – Patricio Manns

…..écho de poète…..

 

Palimpseste de la vie qui tel le parchemin

Récrit une histoire au demeurant fort belle

Exemplaire et précise

Toute liée d’engagements

 

Il n’y a rien à revoir

Juste à réviser tes mots, savourer la puissance de ta voix

Se souvenir

 

Si beaux étaient les dons

Déposés comme des fruits au pied de ton berceau

Tu as su oui tu as su les faire mûrir de la plus belle des façons

 

La vie n’était pas un long fleuve tranquille

L’exil a écrit sur les murs de la ville son palimpseste

Mais le sang

Loin d’être modeste

Piqué au vif de la patrie arrachée

Puissance prend dans la veine de l’adversité

 

L’exil est le grand évocateur des choses

Laissées par derrière soit comme leur rendant grâce

De leur évidence

Et la lutte continuait

Et la lumière brillait au sortir des sons

Pour porter aux quatre coins du monde

La colombe de la liberté.

En hommage à Patricio Manns, avec autant de tendresse que celle qu’il a mise à composer, chanter, militer pour un monde meilleur

Carole Radureau (26/09/2021)

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème, #Echo de poète

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Je ne connaissais pas non plus ...
Répondre
C
Je crois que nous ne sommes pas nombreux de ma génération et en France à être passionnés par la Nueva Canción. Je ne sais pas comment ça se fait, dès que j'ai connu cette époque et le répertoire, les auteurs avec tout ce qui gravite autour comme engagements, avec la tyrannie de la dictature, les albums écrits pendant l'exil, etc.....je suis resté dans cette période-ci qui m'accompagne chaque jour. Et Patricio Manns, c'était un auteur d'une poésie intense et forte, percutante, un très grand (enfin à mes yeux). Tiens une petite traduction qui doit être la 1ère chanson en espagnol que j'ai traduite (chantée par Quilapayun) http://cocomagnanville.over-blog.com/quilapayun-la-vida-total
A
Très bel hommage, je ne connaissais pas. Merci Caro :)
Répondre
C
C'était un très grand, dans tous les domaines, de la trempe de Victor Jara, Angel Parra. Il est pleuré par les chiliens, c'est aussi un des derniers de cette époque de l'Unité Populaire.