Prête-moi ta plume

Publié le 28 Septembre 2021

Prête-moi ta plume

Prête-moi ta plume

Mon ami Pierrot (le Moineau)

Je dois parler de Vous

De Vous les minorités

Qui rythment au gré du temps

Mon petit mouvement.

 

De moi que pourrais-je dire si ce n’est

Que de ma main tendre et maladroite

Je ne veux que tenir cette plume

Maladroitement donnée

Cette plume qui change et qui varie

Selon le temps, l’époque, la maturité aussi

Selon son support-même car parfois

J’aime plonger dans mon plumier de l’anar poésie

En tirer des plumes de combattants des airs

Des plumes d’à-propos.

 

Prête-moi ta plume mon amie corneille

Toi qui de tout temps

Subit les tracas

On te prête toute sorte de légendes

On te couche dans toutes sortes de lits

On te discrimine on te poursuit

Et pourtant jamais tu ne dis non

Quand il faut, chaque matin

Ouvrir ton aile à la vie.

 

Prête-moi ta plume mon ami autochtone

Ta plume empruntée à l’oiseau de la nuit

A l’oiseau de la selva

A l’oiseau de combat

Les plumes empruntées sont des attributs de beauté

De force et d’énergie

Parfois je me demande quelle force pure

Doit émaner sur la tête d’un chef, d’un guerrier

De cette énergie de l’oiseau

Décuplée en sa coiffe.

 

Je regarde le monde à la façon de l’oiseau

Je le regarde au moment présent

Quand sa beauté directe n’est nullement altérée

Je prends la plume offerte et couche

Chaque jour mes forces pour les conjuguer

Aux forces que demandent les luttes des minorités

J’ai choisi ma demeure

Cela je peux le dire de moi

Ma demeure Abya Yala ma demeure empruntée comme la plume

Là où demeure mon âme d’une autre vie : peut-être : qui croire, que croire ?

 

Ici on se sent bien, les indigènes, les oiseaux et moi avec

A la main

Ma plume

Toujours prête à dégainer

 

Nous voulons tout apprendre

Nous voulons tout comprendre

Nous avons des certitudes de moment présent

C’est le constat

Il faut le transmettre par les moyens en vogue

Par les ondes

Par le tambour des luttes

Par le porte-à-porte

Par le vol de l’oiseau

Par tous les moyens

Consistant à dénoncer contrer proposer réclamer justice défendre la Terre-Mère défendre la vie.

 

Sans se fatiguer…

Sans se fatiguer….

Il n’y a pas à regarder plus que ça en avant en arrière

Juste faire ce que l’on croit juste

En accord avec soi-même, ses convictions

Elle est longue cette lutte pour la vie

Elle demande les forces d’une vie

Sans doute plus

On donne ce que l’on a

A sa façon

Les peuples nous montrent la voie

Quand on l’a sait

Quand on l’a vue

Quand on a l’a reconnue

On ne peut que l’emprunter

Avec la plume

Avec nos forces de papier

Sans barguigner

Avec le sourire de ce Bien Vivre aux lèvres

Car la vie

Se vit

Intensément.

 

Carole Radureau (28/09/2021)

 

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème, #Oiseaux muses

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Elles sont bien toutes là, ces plumes bariolées, fantaisistes, militantes, graves, drôles, poétiques, philosophiques, que tu évoques avec tant de talent.

La photo est parfaite pour illustrer ton propos, on peut dire qu'elle tombe à pic ton ton jardin et pas à côté, moi j'y vois un signe :)
Répondre
C
Les plumes se prêtent....
Elle savent que certaines personnes attendent des choses d'elles.