Parce que vous ne direz pas que je n’ai pas parlé des fleurs

Publié le 24 Juillet 2021

Parce que vous ne direz pas que je n’ai pas parlé des fleurs

 

J’ai parlé et je parle des fleurs

Alors que mon sang bouillonne

La piste est tarie

Le nuage gronde

 

La fleur est là avec sa beauté de fleur

A me regarder chaque jour

Sagement

Alors que mon sang bouillonne

Le tonnerre est un frère

La terre tremble

 

S’il n’y avait que des poèmes aux fleurs

Des odes au bien-être précieux de la vie

De tendres compensations

Pour calmer le sang qui bouillonne

Refroidir la tempête

Sourire aux tourments gris

 

La fleur a tous les pouvoirs

Y compris celui de tomber dans la rue

Comme une bombe qui brûle des yeux

Trop écarquillés pour ne voir que de l’intérieur

Trop enfoncés pour ne plus savoir affûté leur vue.

 

Carole Radureau (24/07/2021)

 

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pas un jour sans poème

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

almanito 24/07/2021 17:25

Tellement coloré ton massif, que c'est beau !
Et ces fleurs, toutes symboliques dans le fond, à quoi pense t-on pour rêver un peu pendant les jours sombres, si ce n'est à elles...?

caro et hobo 25/07/2021 13:40

Elles nous aident beaucoup c'est vrai, chaque année les zinnias sont, pour moi, la noble suite des roses, pour finir de passer l'été en leur compagnie. La fleur est déjà le repos de la vue, le réveil des sens, ensuite le repos de l'esprit pour l'éveiller à écrire.