Exclusion volontaire (Témoignage poétique sur l’hypersensibilité chimique multiple)

Publié le 7 Mai 2021

Exclusion volontaire (Témoignage poétique sur l’hypersensibilité chimique multiple)

 

Accepter ce qui semble inacceptable

A quoi sert de résister ?

Ce n’est pas une résistance ouverte, non (plus la force)

C’est une résistance passive qui ne dit pas son nom

Mais qui persiste qui prend son temps

Comment accepter ce qu’une telle maladie implique ?

A savoir le fait de devoir s’exclure volontairement

Sortir en catimini de la vie de ses proches :

« Je suis morte » dit-elle, « de mon vivant ! »

C’est une façon de disparaître

Peut-être pas, non, peut-être pas

Moi c’est ainsi que je le vis

C’est qu’il faut avoir encore des forces pour affronter

Ne serait-ce qu’une faible odeur

Une odeur ou parfois même aucune odeur

C’est un malaise assuré

Voire un malaise vagal subit

L’extinction des feux

S’ensuivent 3 jours au moins de dégradation

Etat général inflammatoire

L’impression d’être une moribonde

L’envie de disparaître pour de bon

 

Il faut l’accepter

Elle veut être agréée cette maladie qui fait partie de toi

C’est ta nouvelle compagne de route

Tu en voulais une ?

La voici !

Accepte-là dans ta méditation, accepte-là sans la juger

Accepte-là non pas pour guérir : nulle guérison !

Accepte-là pour moins souffrir

Et c’est comme si tu vivais avec un ennemi que tu dois aimer

Accepte-le cet ennemi, te dis-je

Il fait partie de toi

C’est comme vivre une aventure permanente

En restant chez soi sans nul autre univers

En s’en satisfaisant

Parce que pour d’autres c’est bien pire

 

Je sens bien qu’il y faudra plusieurs séances, dit-elle

Accepter ceci c’est n’est pas comme tremper le doigt dans le pot de miel

Il faudra faire la lumière sur elle comme pour les autres maux

Que le moment présent glisse son voile d’à-propos

 

Je vis et pense à des choses cruelles

Le COVID est tombé à point nommé

D’un seul coup, sans que je n’ai encore pu me retourner sur ce MCS

L’ensemble des habitants de la terre

Avait reçu sur sa jambe gauche le toit de ma maison

Chacun vivait en accéléré un mode de vie

Très semblable au mien

Je ne m’en réjouis pas

Rien ne me fera dire un jour que je souhaiterais mes conditions de vie

A quiconque même un vilain méchant

Le COVID me fait gagner du temps

Que faire de ce temps en dehors de sortir du moment présent

Et d’avoir peur de la suite ?

 

Il y a des personnes qui vivent l’enfermement dans le cadre de la justice

Il y a des personnes qui vivent l’exclusion volontaire dans leur univers douillet

Il y a pire que toi

Il y a pire

Répète-le et convainc t’en

En vivant le moment présent la vie peut s’écouler

Il ne faut rien attendre

Juste écouter le chant des oiseaux

 

Il y a un constat terrible que nos proches ne peuvent entrevoir

C’est au quotidien que le temps s’arrête

Que le vent mauvais est perçu

A son juste niveau

Savoir que l’on détecte 100 fois plus que la normale la moindre odeur

Donne un aperçu du décalage entre vous et nous

Il faut accepter également de ne pouvoir se soigner

D’être son propre médecin

Le seul à même de savoir ce qui passe ou non

Ce n’est pas un handicap

C’est une force

Tant que le temps te laisse en exclusion

Tu peux garder cette force

Au-delà dans le monde civilisé :

L’enfer !!

 

Vous sentez tous trop bon !!

Je ne peux plus vous sentir !

Dit-elle avec un sourire.

 

Ce sera la morale de cette histoire

Une morale à mâchouiller entre le midi et le couchant de la vie.

 

Carole Radureau (07/05/2021)

 

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Poèmes pour les MCS, #Pas un jour sans poème, #Aiguillons en balade

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
merveilleux poème qui fait reflechir sur la vie et sur la mort je suis touchée au coeur par cette volonté exprimée de l'acceptation<br /> et par la volonté inexprimée d'encouragement pour ceux qui souffrent aussi.
Répondre
C
Oui je n'ai parlé que de moi dans ce texte mais mes frères et soeurs les hommes y sont en pensée car même si je ne peux plus m'occuper des autres comme je le faisais avant, je m'en préoccupe aussi, au-delà des océans y compris. L'acceptation, c'est quelque chose qui rebute pas mal de gens parce qu'il faut la comprendre dans le cadre de la pleine conscience, ne pas la confondre avec la résignation mais comme une force. Elle n'empêche pas d'agir s'il y a quelque chose à faire, elle permet de se donner des forces et de ne pas sombrer dans la négativité. Une chose est sûre, l'impermanence des êtres et des choses, s'il y a bien une chose à accepter c'est celle-ci et on devrait le faire depuis l'enfance comme une gymnastique au lieu de donner aux gens l'espoir d'une certaine immortalité synonyme de longue vie dénuée d'embûches habillée par la science.
A
Si seulement le covid pouvait déclencher ne serait-ce que le 100ème de ta réflexion sur la maladie et avoir un peu d'empathie pour ce que tu vis et ressens, peut-être que tu te sentirais moins seule...<br /> Courage amiga, tu en as à revendre, je le sais, mais continue, tiens bon. (Très jolie photo)
Répondre
C
Merci Alma, je pense que cette pandémie va avoir apporté pas mal de réflexion sur la fragilité de la vie, un peu d'humilité j'espère, certains vont en tirer des marques de sagesse alors que d'autres continueront leur chemin d'inconscience mais on ne peut en vouloir aux gens puisqu'il semble que cela soit ainsi que les êtres fonctionnent. J'ai mon parcours semé d'embûches et il m'a fallu du temps pour poser mes valises et décider dans l'urgence de voir d'où venait le mal, ça c'est fait peu à peu et là, tu vois, à présent que j'ai les connaissances, si tu crois que j'en ai profité dès que j'ai identifié cette nouvelle maladie qui se présentait à moi, pour très vite l'accepter et ne pas créer plus de souffrance, et bien non, j'ai décidé d'être dans le déni et j'y étais encore jusqu'à cette dernière "crise d'odeurs". Peut-être est-ce plus difficile d'accepter quand tu n'as pas eu de diagnostic en haut lieu (ce que je sais ne pas obtenir puisque ce n'est pas reconnu), en attendant, il faut que je m'y mette et ce poème en est un signe évident. Je vais devoir faire plusieurs séances de méditation mais je sais que cela va fonctionner, c'est très puissant, on est même surpris par les capacités d'auto soin de la pleine conscience.