Tu parles trop du blanc

Publié le 16 Janvier 2021

Tu parles trop du blanc

 

Tu parles trop du blanc

Reste donc avec tes couleurs

Sable chaud et ardeur

Volupté des robes cyclamen écaillé

 

Tu parles du blanc chaud

Et voilà le blanc froid

Qui brûle malgré tout les doigts

De la pampa

 

Et l’épervier arrive et il attend

La source protéinée chère à sa vie

Ne lui donne pas satisfaction même si

Te gustan los gavilanes

Non, le petit moineau

Le gentil Bibendum

De risques ne doivent prendre

Quand l’épervier a faim

 

Tu parles trop du blanc

Vois donc tu fait tomber la neige

Et son blanc manteau

Son froid de sucre glace

Recouvre la terre-mère

Sans vergogne

Sans gêne

La tristesse, la peur, les haines

Les rancœurs, les attentes vaines,

Les espérances et les souffrances

La neige les nivelle par son blanc

Qui ne dure pas.

 

Carole Radureau (16/01/2021)

 

Tu parles trop du blanc
Tu parles trop du blanc
Tu parles trop du blanc

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Sucre glacé

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Je te comprends, ce sont ces petites choses qui donnent le sourire et un peu d'espoir dans une journée :)
Répondre
C
Il faut dire que l'univers n'est pas forcément mouvementé.....
A
Eh non, tu n'en parle pas trop, il y a un temps pour le blanc afin de mieux apprécier les couleurs quand elles reviennent. t puis avoue que ton jardin prend un coup de baguette magique sous la neige, c'est féerique!
Répondre
C
C'est vrai que ça change le décor et puis le merle sur la neige blanche est encore plus noir et quand il vient piquer un morceau de poisson dans la gamelle du gato negro, c'est surprenant et suffit à me donner de l'aventure pour la journée !!