Etincelle

Publié le 27 Octobre 2020

 

 

Sur la colline :

Etincelle

Avec sa bague incrustée de sirènes ;

Sur la pente herbeuse :

Lueur

Lumineuse

Elle est là à te regarder :

Cueilleur

Petit indigène connaisseur des secrets

Des alcôves et des lieux

Sur tes pas, va l’alouette qui sait

Reconnaître la saveur du serpolet

Dans tes pas va l’hermine

Qui sait retrouver une ambiance d’autrefois.

 

Je me souviens de toi :

Etincelle

Lumineuse

De ses petites incrustations délicates

Sur ta coiffure bien ordonnée

Ton chapeau délicat

Bien dressé

Ton long cou de cygne avec sa bague

Evocatrice

Elle est bonne celle-ci tu peux la cueillir !

Et dans le pré

Tout plein d’elle et ses sœurs

Nous envoyaient des sourires

Ma tatan Philo son cageot sous le bras

Les ramassaient, les délicieuses

Moi, jamais je ne les avais goûtées

Je n’avais que pour toute connaissance

Que les roses des prés et les mousserons collectés

Sur les terrains verts des immeubles.

 

Et puis un autre souvenir de l’étincelle

L’unique

Sur le bord d’un chemin

Serge des bois qui l’a vue, l’a reconnue

Lui aussi c’est un indigène collecteur mais de Corrèze

La verte joyeuse,

Un qui connaît les secrets des sous-bois

Et sait écouter l’écho des lamelles dans leur ivoire de lait.

 

Cette cousine vite cuisinée

Avait finie dans une omelette

Délice et saveur

Parce que celle-ci, elle a un goût particulier

Un peu d’amertume, du caractère.

 

Je me souviendrais des deux fois de ma vie

Où j’ai dégusté cette lueur

Cette saveur au cœur évocatrice de partage

De souvenirs

Ici nous n’avons pas de délicieuse

Nous n’avons que des locataires qui ne disent pas leurs noms

Que l’on songe certainement mauvais

Pas ragoûtant pour un sou.

 

Je me souviens de ton parfum

Coulemelle

Je retrouve ta lumière

Ton petit parcours de « Reviens-y »

Ta grande générosité

Sur les pas du grand récolteur

Qui connaît par cœur la vérité secrète des sous-bois

Je rime, je vis, non, je ne déguste pas

Mais le cœur y est

Oui, le cœur y est.

 

Carole Radureau (27/10/2020)

 

Inspiré par cette photo de Serge-Hobo

Etincelle

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Terre-mère, #Les cueilleurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Dommage que tu ne savoures plus alors...
La photo de Serge est superbe! Ici nous avons beaucoup de girolles et des ceps. Le maraîcher l'année dernière en a ramassé 60 kg rien qu'en se baladant (dans des endroits peu fréquentés) Je ne sais plus à quel prix il les vendait mais j'avais calculé qu'avec la somme, j'aurais pu tenir 2 mois :)))
Répondre
C
Tu sais, en même temps ici on n'a jamais l'occasion de voir ces champignons !! Mais j'arrive encore à manger ma recette de champignons farcis à l'italienne (avec de gros champignons de Paris)....ça passe. C'est clair que ça doit coûter un bras et ceux qui, comme les 2 comp@s Serge peuvent les cueillir ont bien raison, il faut profiter des fruits gratuits de la Pachamama.
H
C'est vrai que les coulemelles ont un parfum enivrant !
et les champignons une présence magique et réjouissante pour les petits indigènes ;)
bisouxx
Répondre
C
Surtout que ces derniers temps avec la sécheresse les étincelles de coulemelles et d'autres doivent se faire plus rares.
M
Nous en avons mangé beaucoup cette année encore. Elles sont arrivées avant les cèpes chez nous. Encore un souvenir souriant (et savoureux) que nous avons partagé. Merci Caro pour cette étincelle !
Répondre
C
Cela me fait sourire quand je me rends compte que souvent mes souvenirs sont liés à des aliments....mais c'est bien, c'est même parlant car cela veut dire que j'ai eu de bons moments avec eux.