Mi-fugue, mi-lune

Publié le 7 Juin 2020

…..Et un nouvel élucubre-lune…..

 

Combien coûte-t-il à la lune

Le fait d’allonger son bras

De couper avec le fil à beurre

La tendreté de l’espace

Couper ce noir en faire une face dure

Tranchant avec le feu glacé de son marbre

Sa chair pure au parfum

Des seins de glace.

 

Il en coûte le prix du silence

Un qui s’entrecoupe de son fil de fer barbelé

Sautant à califourchon l’épingle entremetteuse

Pour aller garder les cabris de dame Etoile Filante.

 

Il en coûte le prix sec et éternel d’un baiser d’amour

Quand la parole a tranché dans le vermillon du temps

L’amour a fait son lit dans le ru encaillouté

C’est un petit amour aussi petit qu’une larve qui attend le moment présent

Pour s’éveiller à l’air et voler,

Éphémère, vers son devoir de mère, son devoir de père :

Aimer,

Se sustenter,

Enfanter

Puis mourir de volupté

Le sourire aux lèvres du devoir accompli.

 

Carole Radureau (07/06/2020)

 

 

Inspirée par cette photo de Serge (merci mi comp@)

Inspirée par cette photo de Serge (merci mi comp@)

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #La lune en catimini

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Difficile à commenter, mais très beau, un poème enchanté en fait.
Répondre
C
C'est la magie de la lune qui, il faut le dire est sans cesse renouvelée.