Recourir

Publié le 11 Février 2020

Recourir

Recourir à la langue….

Aux mots

Ses mots

Comme courir la campagne

A travers champs

A l’école buissonnière

Sur les murets de pierres sèches

Lire le chant du temps

Cueillir quelques fleurs de serpolet

Qui conjuguent la montagne lointaine au présent.

 

Recourir à la poésie…..

Aux mots

Nos mots

Comme cheminer sur des sentiers inconnus d’où

L’écriture des pas est un texte à trous

Que rythment un à un

Les cailloux.

 

Recourir à la pensée….

A la prose qui l’habille

Mes mots

Qui me portent au loin sur les sentiers non balisés

Quand la fougère salue l’ombre de ton marcher.

 

La pensée qui lève bien haut la trajectoire du verbe

Ne sentir ni peine ni colère quand la promenade

Dans ta tête

Se fait.

 

Ne sentir ni découragement ni émotion

Car le moment est sacré car il permet d’écrire car

Le moment est ton cadeau qui,

Si tu le saisis pour ce qu’il est

Te mène au-delà des montagnes.

 

Sur le sentier des cabris cabriolent

Dans ma tête leurs petits sabots trébuchent sur les mots

Que j’ai semés malgré moi ma besace est trouée.

 

Sur le sentier de la fougère

La verte promesse est comme une auréole de lumière

Que je cultive malgré moi en écrivant.

 

Je suis ici et partout en même temps

La vie me tend ses bras je me jette dedans

Le ciel est un livre ouvert dont je sais lire

Dans toutes les langues les histoires et les contes

Le vent a oublié ses clés sur mon paillasson

J’écouterais les mots secrets du vent

Quand le cœur me serrera trop fort la gorge

Que j’aurais oublié quelle beauté le présent m’apporte

Niant celui-ci me tournant vers un air de souffrance

Dont nul n’a besoin.

 

Carole Radureau (11/02/2020)

 

 

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Chemin de vie

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Sublime, Caro, un cri d'amour à la vie, à l'espoir que tous les gens qui vont bien devraient lire afin qu'ils savourent chaque seconde de leur santé.
Ce poème d'évasion témoigne de ta force, vraiment très beau!
Répondre
C
Oui, un cri, mais aussi un retour aux sources car je me sens éloignée de la minéralité et de la connexion à la terre, l'action tellurique qui nous recharge quand on va sur le terrain. Et tu sais, avec ce truc-là, je suis forte un jour sur 2 ou un jour sur 3, ça mine bien le mental, je suis encore au stade exploratoire et il faut que je trouve les armes pour m'aider à vaincre les peurs, parce que c'est de cela dont il s'agit avec ce genre de maladie....merci Alma de me rendre visite.